La crònica nissarda de Roger Rocca
La crònica nissarda de Roger Rocca
Lou Sourgentin
Lou Sourgentin

Le magazine

Lou Sourgentin est le magazine de référence des amoureux du Pays niçois.

Revue culturelle bilingue français-nissart, il parait  5 fois par an.

Il est vendu par abonnement ou dans les bonnes librairies à retrouver dans la rubrique "Points de Vente"

Contactez-nous pour toute question ou suggestion complémentaire.

La letra dau Sourgentin N° 51 mai 2017

 

Le N° 226

« Les Sociétés secrètes » sera présenté

Le jeudi 18 mai 2017 à 14 h30

 

Auditorium Louis Nucera

BMVR de Nice 2, Place Yves Klein Téléphone : 04 97 13 48 90

Venez nombreux soutenir votre magazine

Au programme :

  • Jean-Michel Bessi : l’actualité du Sourgentin
  • Jacques Dalmasso : Les francs maçons dans le Comté
  • Jean-Michel Bessi : sociétés secrètes du XXème siècle
  • Alex Benvenuto : Une société secrète au Lycée Masséna
  • Avec la participation exceptionnelle de Pierre-Louis Gag : Tanta Vitourina es revenguda

  Et comme le mot « Socca » fait son entrée dans le Petit Larousse le 26 mai 2017,

nous vous offrons, pour perfectionner votre niçois, un texte sur la socca (avec la recette), revirada de Jacques Dalmasso

 

Un dictionnaire pas chiche !

La nouostra soca, délice à base de farine de pois chiche, fait son entrée dans la version 2017 du Larousse. Et pas n’importe laquelle, celle du bicentenaire, qui sortira le 26 mai.

Bon, d’accord, les rougnous nous diront qu’entre également au dico le « wrap », ce sandwich estoufa cavau mis dans une galette de blé ou de maïs !

L’occasion de vous rappeler l’histoire, la légende, et la recette de la socca.

 

Comment entrer dans l’histoire par la « Porte fausse ».

        À Toulon on parle de cade, en Ligurie de farinata, en Sardaigne de fainé, en Toscane de cecina, en  Algérie de calentica ... etc

Les préparations à base de farine de pois chiche frite remontent à la plus haut antiquité dans tout le pourtour méditerranéen, et les Egyptiens la connaissent plus de 8000 ans avant JC.

Bien sûr la recette niçoise, plus fine et croustillante que sa voisine la farinata est de loin la meilleure. A noter que la cade est arrivée à Toulon sous l’Empire avec des travailleurs niçois embauchés sur les chantiers de l’arsenal de Toulon.

Raoul Nathiez en avait rappelé la légende dans une de ses pièces « Ma qu era Caterina Segurana ? » : les niçois assiégés par les Turcs de Barberousse et les français de François premier en 1543 reculent sur les remparts. Notre héroïne, la bugadièra Catherine Segurane vient à point nommé leur remonter le moral en chassant les Turcs à coup de battoir.  Après leur avoir repris un drapeau, elle a l’idée de déverser sur les attaquants de l’huile bouillante mélangée à un reste de sa soupe de pois chiche. Elle découvre ainsi incidemment la recette de la socca, laquelle est adoptée immédiatement par toute la population niçoise.»

Même le très sérieux journal « le Monde » a reproduit en son temps cette information devenue légendaire.

 

La recette de la socca

Elle n’est vraiment parfaite que sur un marché ou dans un bistrot avec des amis et un verre de vin rouge. Elle se déguste au milieu des conversations de comptoir et de ce mélange d’odeurs de feu de bois, d’épices, de boisson et de stockfish. Lancez-vous dans sa réalisation si vous possédez un four à bois, et si vous êtes en appartement et vraiment en manque du goût de la farine de pois chiche … cuisinez plutôt des panisses ... ou essayez de la cuire comme une crêpe épaisse dans une poêle bien huilée... ou achetez des Socca chips de Luc Salsedo.

 

Le marché pour 4 personnes :

Pour 2 plaques de 50 cm de diamètre :

 - 250 g de farine de pois chiches

- 50 cl d'eau

- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

- sel et poivre

- et beaucoup d’amour

 Préparation : 
Mettre l'eau froide dans une marmite. Mélangez  intimement  au fouet la farine de pois chiches, l'huile et une cuillère à café de sel fin. Battre jusqu'à ce que le mélange soit lisse. Passez éventuellement au chinois pour éliminer les grumeaux.
Versez 2 à 3 mm de pâte dans la tourtière de cuivre étamé légèrement huilée. La cuisson nécessite un four à bois bien chaud.
Elle se déguste bien poivrée et très chaude, avec les doigts bien sûr.

Un diciounari pas grinchou !

La nouòstra soca, un delici fach à basa de farina de cèe, fa la siéu intrada en la versioun dóu 2017 dóu Larousse. E pas aquela sigue que sigue, aquela dóu bis centenari que souorterà lou 26 de mai.

Bon, d'acordi, lu rougnous nen diran qu'intra finda en lou "dicò" lou "wrap", aquel en-cas d'escoutissoun estoufa cavau pilhat en una galeta de gran o de gran Turc !

N'es l'oucasioun de vous remembrà l'istòria, la legenda e la receta de la soca.

 

Couma faire per intrà en l'istòria da la "Pouòrta faussa".

À Touloun si trata de cade, en Liguria de farinata, en Sardegna de fainé, en Touscana de cecina, en Algerìa de calentica ...etc.

Lu alestimen fach à basa de farina de cèe fregida s'en mounton fin à la pu auta antiquità en tout lou relarc mediterranéenc e lu Egician la counouissìon jà mai de 8000 an denan J.C. Ben seguramen, la receta nissarda, mai fina e mai croucanta que la siéu vesina la farinata, es de luèn la mai bouòna. Cau pilhà nota que la cade es arribada à Touloun mé l'Empèri e embé de préfachié nissart embouchat en lu chantié de l'arsenal de Touloun.

Raoul Nathiez n'en avìa remembrat la legenda en l'una dei siéu peça : "Mà que èra Catarina Segurana ?". Lu Nissart, assedat dai Turc de Barbaroussa e dai Francès d Francès 1é en lou 1543, van en arrié sus lu barri. La nouòstra erouïna, la bugadièra Catarina Segurana, arriba à pounch per li remountà lou moural en cassant lu Turc à còu de massòla. Après que lu auguèsse pilhat un dai siéu drapèu, auguèt la bouòna idèa de vuà sus lu atacant d'òli bulhent mesclat mé cen que li soubrìa d'una soupa de cèe. Descurbèt ensinda e sensa lou voulé la receta de la soca, receta que fuguèt sus lou còu adoutada da touta la poupulacioun nissarda.

Cau dire que meme lou tant serious journal "Le Monde" repilhèt en lou siéu temp aquela infourmacioun venguda despì legendara.

 

La receta de la soca

N'es propi au soubran du siéu goust que sus d'un mercat o en un oste embé d'amic e un gòtou de vin rouge. Si mangia au mitan dei charaïssa de banc d'oste e d'aquèu mesclun fach d'oudou de fuèc de bouòsc, d'espècia, de bevanda e d'estocafic. Lanças-vous en lou siéu alestimen se avès un fourn à bouòsc e se siès en un apartamen e pròpi en mancança de goust de farina de dèe... fès pulèu de panissa... o aloura prouvas de la fà cuèire couma siguèsse un crespèu espès en una sartàia ben ougnuda d'òli. O croumpas de soca chips de Luc Salsedo

Lou mercat per 4 persouna

Per 2 placa de 50 cm de larc :

-  250 gr de farina de cèe.

-  50 cl d'aiga.

-  2 culherada à soupa d'òli.

-  sau e pebre.

Alestimen

Metre l'aiga frèia en una pignata. Mesclas ensen au fouet la farina de cèe, l'òli e una culherada à café de sau fina. Batre fin que lou mesclage sigue ben suèli.

Passas, se vi fà da besoun, au chinès per li levà lu grun.

Vuas 2 o 3 mm d'aquela pasta en la tourtièra d'aran estagnat laugieramen ougnuda d'òli. La cuècha demanda un fourn à bouòsc ben caut.

Si mangia ben pebrada e ben cauda, embé lu det, acò anant sensa dire.

 

Devenez amic de la nouostra « testa d e feda » sur http://www.facebook.com/pages/Lou-Sourgentin/155900037796276

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La letra dau Sourgentin N° 50 mai 2017

 

Le N° 226 « Les Sociétés secrètes » est sorti

Courez  chez votre marchand de journaux (pour ceux qui ne seraient pas abonnés)

Il  sera présenté le jeudi 18 mai 2017

à 14 h30 Auditorium Louis Nucera

 

  

Pour la fête des mères (et des pères)

OFFREZ  UN CADEAU D'EXCEPTION :

Un abonnement au SOURGENTIN

Ils penseront à vous cinq fois par an pour seulement 31 €, frais de port offerts!

 

De plus, vous pouvez régler directement et facilement  par Carte Bancaire  avec paiement sécurisé

En cliquant simplement sur http://www.sourgentin.org/s-abonner/ puis laissez-vous guider

 

 

 

 

Au Sommaire du numéro 226 entre autres :

Les templiers en pays niçois; Pyramide et sociétés secrètes; Les francs-maçons ; Carbonarisme et Risorgimento ; Felice Orsini, carbonaro en exil ; Les compagnons  ; La Cagoule ; Joseph Darnand ; Au cœur de l’O.A.S. ; Les mafias ; Service d’action Civique (SAC) ; Une société secrète au Lycée Masséna ; Lou lanternin ; Totems et confréries; La “maison rose” à Cimiez    

Mais aussi

Tableaux de nos églises ; Carnaval 2017 ; Carnaval 1947 ; Tanta Vitourina es revenguda; Sous les jupons des Niçoises : Emilienne Dufy ; Langue niçoise : noum de batisme; Mastegada : merlussa ; lou chaudéu de Pasca ; Caminada : lou Vilars ;Astucieuse nature : le genévrier

 

 

Pour perfectionner votre niçois et en hommage à notre ami disparu Jean Damiano,

 un de ses derniers dessins illustrant un texte de Roger Rocca, directeur de la publication du Sourgentin,  paru dans Nice Matin

 

 

La « san miquéu » dei gari nissart

Lou dessegn de l’amic Damiano noun si vòu presentà una chourma de gari qu’an laissat lou batéu, que si pensavon qu’anava si proufoundà ! Ni mancou una familha escassada dau siéu pais e que vendrìa s’assoustà au nouòstre ! Aquelu gari soun de gari nissart ! De gari vengut dau pais « de dessouta », un pais que si vé esquasi jamai ! Aquelu gari avìon li siéu coustuma, lu siéu bournéu, d’aiga per si bagnà e de sabla per jugà. De còu que li a, de nuech, sourtìon per anà si cercà quaucaren à rouià. Era pas bella, la vida de gari ? E tout d’un còu, de pantaiaire dau « dessoubre » si soun mes en testa de pilhà la plaça dei gari per alesti una grana galerìa e li faire caminà un trambalan !   Quoura an coummençat lou trauc, lu moustas dei gari si soun mes à tremoulà. Pareisse que per èlu, serìa lou signau d’una mauparada !

Fa que lu gari nissart soun estat coustrech de si faire « San Miquéu » per anà cercà un autre quartié !

 

Le déménagement des rats niçois

Le dessin de l’ami Damiano ne vous présente pas une équipe de rats qui ont quitté le navire, pensant qu’il va couler ! Ni une famille chassée de son pays et qui viendrait se mettre à l’abri chez nous !

Ces rats sont des rats niçois ! Des rats venus du pays « de dessous », un pays que l’on ne voit presque jamais ! Ces rats avaient leurs habitudes, leurs conduits, de l’eau pour se baigner et du sable pour jouer. Parfois, la nuit, ils sortaient pour aller chercher quelque chose à ronger. Elle n’était pas belle, la vie de rat ?

Et soudain, des rêveurs de « dessus » se sont mis en tête de prendre la place des rats pour mettre en place un grand tunnel et y faire rouler un tramway ! Lorsqu’ils ont commencé le percement, les moustaches des rats se sont mises à trembler. Il paraît que pour eux ce serait le signe d’une catastrophe !

Ainsi, les rats niçois ont été obligés de déménager pour aller chercher un autre quartier.

Bienvenue sur le site du Sourgentin

Lou Sourgentin

65 route de Turin

06300 Nice

Téléphone : 04 93 56 86 64

Courriel :

lou.sourgentin@wanadoo.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association en cliquant sur l'onglet News.