La crònica nissarda de Roger Rocca
La crònica nissarda de Roger Rocca
Lou Sourgentin
Lou Sourgentin

Bienvenue au Sourgentin

 

 

Nous sommes ravis de vous accueillir sur notre site.

Lou Sourgentin, revue culturelle bilingue français-nissart est le magazine de référence des amoureux du pays niçois.

Accédez à la rubrique de votre choix en cliquant sur les onglets du bandeau ci-dessus.

 

Certaines rubriques comme les "cours de nissart" ou "Le Magazine" comportent également des compléments signalés sur le bandeau orange de gauche.

 

A se revèire. 

 

 

 

" 1918 ... et après",

 

 

 

En France, l’année 2018 marque le centenaire de la fin des conflits. Le 11 novembre, à 11 heures, le clairon sonne le cessez le feu !

Est-ce pour autant la fin de la guerre et la signature de la Paix ? Certainement pas ! D’autres conflits impliquant les puissances alliées se poursuivent en Europe centrale et au moyen Orient.

Dans l’étude que nous présentons à nos lecteurs, nous avons choisi de mettre en évidence le tableau de “l’après guerre”, des faits que le grand public ignore parfois et qui non que peu de place dans les sommaires des revues et autres parutions de cette fin d’année de commémoration.

Certes, la vie dans les tranchées et les grandes offensives qui n’ont souvent été que des boucheries inutiles, seront évoquées.

Mais un accent tout particulier est porté sur le retour problématique à une vie que l’on ne peut qualifier de normale.

Sait-on que les femmes, dont le rôle économique fut un facteur non négligeable dans la victoire, n’ont eu que trois semaines après le 11 novembre 1918 pour quitter leur emploi et retourner au foyer ?

Sait-on les difficultés des familles pour récupérer les corps des leurs tombés anonymement ?

Sait-on que le retour des soldats dans leur famille fut moralement et socialement difficile, parfois même impossible et que le nombre de divorces augmenta de façon importante ?

Sait-on que, concernant les fusillés pour l’exemple en grande partie innocents, leurs veuves ne touchèrent aucune pension et que leurs enfants ne furent pas considérés comme Pupille de la Nation ?

Sait-on que les tensions politiques et syndicales reprirent dans la semaine de la cessation du conflit ?

Sait-on…

Edito de Roger Rocca directeur de la publication

 

 

 La letra dòu Sourgentin N° 66,

décembre 2018

 

Lou Sourgentin n° 234 de décembre,

" 1918 ... et après",

est sorti et en cours de distribution.

 

 

 

En 100 textes et 204 illustrations, vous pourrez vivre au quotidien le tournant probablement le plus important de l’histoire du XXème siècle sous tous ses aspects, y compris sur le retour problématique à une vie « normale ».

" 1918 ... et après", un numéro spécial à ne rater sous aucun prétexte et qui vous donnera, nous l’espérons,

l’envie de renouveler (ou de prendre) votre abonnement en 2019.


Toute l’équipe du Sourgentin vous souhaite, une très bonne lecture, de bouòni Calèna e un bouòn Cap d’an !

Si, par hasard, vous n’étiez pas encore abonnés, courez-vite l’acheter chez votre marchand de journaux

Réglez facilement  par Carte Bancaire  avec paiement sécurisé

En cliquant simplement sur http://www.sourgentin.org/s-abonner/ puis laissez-vous guider

NB : Votre abonnement commencera avec le numéro à paraître  et non avec celui en cours.

 

Et si l’on s’offrait une fête de Noël loin des cadeaux à outrance, avec une belle histoire à partager avec toute la famille et à transmettre aux enfants et petits enfants... et avec une bonne recette.

 

Mèfi, le nom niçois de Noël, Calèna, ne renvoie pas à la racine Nativité, modifiée en Noué, ou Noël, mais au mot latin calendes, qui constituaient dans le calendrier romain  le premier jour du mois. Or, le 25 décembre correspondait alors au premier jour de ce même mois, d'où l'appellation. Calendes étant un mot féminin pluriel en latin, calèna l'est aussi en niçois.

On se souhaitera donc au pluriel bouòni calèna.

Quant au  mot niçois noué, il désigne simplement les cantiques de Noël.

Calèna est à Nice un mélange de fête chrétienne et de rites païens.

 

Lou cacha-fuèc e lou gros soupà

Bien sûr, vous avez fait germer les  lentilles depuis la Sainte-Barbe.

Car, dans le Comté de Nice, lou temp de Calèna,  la période des fêtes de Noël commence le 4 décembre,  jour de la Sainte-Barbe

Vous avez disposé ce symbole de la prospérité sur les trois nappes de fête, une pour le gros soupé du 24, une pour le repas du 25, et la troisième pour les restes le 25 au soir, voire le 26 à midi.

Vous avez eu soin de laisser une part pour lou paure. Lou Paure, c’est le pauvre, mais à Nice, c’est le souvenir des ancêtres, des morts dont on honore le souvenir en les accueillant pour ce moment joyeux. Je me souviens de bouona foura de rire lorsque ma mère parlant de son « pauvre mari » à une parisienne, s’était vue donner une petite pièce de monnaie pour passer les fêtes.

Le 24 au soir, l’ainé éteint le feu dans la cheminée et le plus jeune le rallume. C’est ainsi que lou cacha-fuèc est devenu synonyme avec le temps de réveillon en nissart.

Toute la famille passe à table pour lou gros soupà qui est composé de sept plats maigres ... c’est à dire sans viande (et sans foie gras bien sûr).

On cuisine le gratin de courge, les plats de morue (recette ci-dessous), les raviolis sauce aux noix, les côtes de blettes avec leur anchoïade ... On n’oublie pas de se souhaiter Bouoni calèna, e à si reveire l’an que vèn, se noun li sièn de mai, que pu pau noun li siguèn, pour espérer tous se retrouver l’année suivante. (Ou en plus concis : à l’an que ven, se sian pas mai que siguèn pas men.)

La crèche nissarda, lou presepi, est moins spectaculaire qu’en Provence. Elle se compose simplement des personnages principaux, Marie, Joseph, le bambin, l’âne et le bœuf.

Sujet de dispute autant que la « vraie » recette de la salade niçoise, on déguste ensuite les 13 desserts. Une tradition des années 20 d’origine provençale et qui varie selon les familles, les quartiers, les villages. En général, on trouve dans le Comté : Li gansa,  les ganses (cuisinées par la mémé), la tourta de blèa la tourte de blette, La fougasseta,  la fougasse à la fleur d’oranger, la pompe à huile, la pâte de coing,  Lu tarta ai fava, ai fìga,  au mèu e ai nouòe,  ai limoun,  ai pignòu, les tartes de fèves, à la confiture, au miel et aux noix, aux citrons,  aux pignons,...les nougats blanc et noir, les dattes, les fruits secs, le nougat de capucin (figue sèche fourrée avec un cerneau de noix), lu capoun de Belouna, les rouleaux de figues sèches, les mandarines et les oranges, li pourtegale , les écorces d’orange confites, Peluègna de pourtugal counfichadi, les poires au vin, le raisin de Saint-Jeannet ...

Lendeman, on proposera des volailles et des viandes, le poulet aux 40 gousses d’ail, le boudin, la souris d’agneau, ...  sur la deuxième nappe ...

 

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre revue ? Consultez nos offres d'abonnement.

Faites connaissance avec notre association et le magazine Lou Sourgentin. Nous sommes à votre disposition pour toute demande ou question. N'hésitez pas à nous écrire ci-dessous:

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

contact

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté

Reprise des cours de Niçois pour la saison 2018 - 2019:

Les cours de niçois du Sourgentin.

 

Le lundi  :  collège Giono, place st Roch, de 18h00 à 19h00 (par Jacques Dalmasso)

Le mardi  :  siège du Sourgentin, 65 route de Turin, de 17h45 à 18h45(par Jacques Dalmasso)

Le mercredi  :  siège du Sourgentin, 65 route de Turin, de 17h30 à 18h30 (par Yves Robaut)  

 

Comme depuis toujours, les cours sont libres,ouverts à tous et gratuits.

 

La letra dau Sourgentin N° 64 octobre 2018

Le N° 233 « Cinema à Nice » est sorti et en cours de distribution

Si, par hasard, vous n’étiez pas encore abonnés, courez-vite le réserver chez votre marchand de journaux

Réglez facilement  par Carte Bancaire  avec paiement sécurisé

En cliquant simplement sur http://www.sourgentin.org/s-abonner/ puis laissez-vous guider

NB : Votre abonnement commencera avec le numéro à paraître  et non avec celui en cours.

 

Un cinemà per si distraire

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le cinéma à Nice sans oser le demander, les studios Pathé, la Victorine hier et demain, Matisse et le 7ème Art , les « figurants » niçois, , le métier de cascadeur en 1919, lou peoui cinemà, les cinéromans, le cinéma à Villefranche, Michèle Mercier,  e touplen d’autre, mais aussi les articles du magazine comme les luthériens à Nice au XIXème siècle, la balma dei Pagans,  lou fustet, vos rubriques Mastegada  et Caminada ... et le retour des « rougna » qui parsèment ce numéro... à ne manquer sous aucun prétexte.

Et comme vous aimez améliorer votre niçois en vous régalant, nous vous offrons ce mois-ci la recette de la soupe de légumes telle qu’on la pratique à Nice ...

 

 

 

Et si vous aimez Nice et la musique !

Deux évènements à ne pas rater la semaine prochaine :

 

  • Jeudi 11 octobre à 15 heures au Palais Lascaris,  15, rue Droite , Vieux Nice, Tel. 04 93 62 72 47,  

Conférence sur :

La vie musicale à Nice, du XIXème siècle au milieu du XXème siècle

De Berlioz à Louis Armstrong, des musiciens inspirés par Nice !

Une balade (et des ballades !) avec  les musiciens qui ont aimé Nice, d’Albéniz à Wagner, puis le Jazz dès 1918, et les années 1970 dans  le Vieux Nice Ville du Jazz.  

 

Samedi 13 octobre à 17 heures au Musée Masséna, 65 rue de France   

Concert de Jazz avec La COMPAGNIE SO WHAT dans le cadre de l'exposition JAZZIN' NICE

Si vous voulez voir (et entendre) le "So What" au Musée, il est encore temps d'aller voir l'exposition JAZZIN' NICE qui célèbre les 70 ans de jazz à Nice. Elle se clôturera le 15 octobre, après avoir connu un succès retentissant. Vous pourrez même y retrouver la COMPAGNIE SO WHAT en live puisqu'à cette occasion, le musée sera ouvert en nocturne le samedi 13 octobre et la COMPAGNIE SO WHAT s'y produira à 17h. Ce concert sera aussi l'occasion de présenter la prochaine édition du festival JAZZ SOUS LES BIGARADIERS...

Nouveau:

Vous trouverez dans la rubrique "Magazine" des compléments aux articles parus dans Lou Sourgentin "papier"  que nous n'avons pu mettre en entier, faute de place, mais que nous avons jugé indispensables pour les lecteurs niçois.

Commençons par un texte de Miquel de Carabatta PROCH  DEI  FOURCA  DE  GRASSI  E  TOURRIN, suivi de sa revirada en français, PRES  DU  GIBET  DE  GRASSI  ET  TORRIN

Nouveau :

un lien avec un dictionnaire en ligne Français Nissart et Nissart Français

au début de l'onglet Cours de Nissart

 

http://www.nicerendezvous.com/car/dictionnaire-nicois-francais-et-francais-nicois.html

Accédez à la météo à 12 jours en cliquant sur le pictogramme ci-dessus.

Bienvenue sur le site du Sourgentin

Lou Sourgentin

65 route de Turin

06300 Nice

Téléphone : 04 93 56 86 64

Courriel :

lou.sourgentin@wanadoo.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association en cliquant sur l'onglet News.