La crònica nissarda de Roger Rocca
La crònica nissarda de Roger Rocca
Lou Sourgentin
Lou Sourgentin

Bienvenue au Sourgentin

 

 

Nous sommes ravis de vous accueillir sur notre site.

Lou Sourgentin, revue culturelle bilingue français-nissart est le magazine de référence des amoureux du pays niçois.

Accédez à la rubrique de votre choix en cliquant sur les onglets du bandeau ci-dessus.

 

Certaines rubriques comme les "cours de nissart" ou "Le Magazine" comportent également des compléments signalés sur le bandeau orange de gauche.

 

A se revèire. 

 

Edito

Pour celui qui souhaite connaître les modes de vie d’une région, la connaissance de sa cuisine est une approche aussi pertinente que la géographie ou l’histoire. Elle reflète le lien étroit entre la terre, l’économie, le climat et les hommes. Ce numéro sur « la table à Nice » s’adresse aussi bien au nouveau venu qui veut se faire une idée plus précise du pays de Nice, qu’au niçois  qui désire conserver une trace complète de son quotidien, autour de recettes replacées dans le contexte de notre culture, de notre langue, bref, de notre identité !

 

Couhina nissarda

Per aquèu que voudrìa counouisse lu mòdou de vida d’un pais, la counouissença de la siéu couhina es una bouòna manièra de lou veire e tout autant pertinenta que la geougrafìa o l’istoria. Fa ressourtì lou fin ligamen que li a tra la terra, l’ecounoumìa, lou climat e li gent. Aquèu Sourgentin vòu estre tant per aquèu que ven d’arribà au nouòstre e que vòu si faire un’idèa mai fina sus lou pais nissart qu’au Nissart voulent gardà una traça dóu siéu quoutidian, acò à l’entour dei receta remesi en lou countest de la nouòstra coultura, de la nouòstra lenga, brèu, de la nouòstra identità !

Sortie du livre

« 100 mots pour Nice » « Un pessuc de Nissart » 

60 pages 8 illustrations couleur de Michel Benvenuto, préface de Jacques Dalmasso,

60 pages format 13X24 : 8 €

 

 

Vous êtes un Niçois et vous savez que, si nous avons une histoire, une terre, une cuisine ... nous avons aussi une langue et un devoir de mémoire envers nos enfants et petits-enfants.

Vous aimeriez transmettre d’autres mots que « Issa Nissa » (allez Nice), « baieta» (bises),  « mèfi » (attention) ou « paiàssou » (bouffon)..

·         Vous êtes un « estrangié » (au-delà de Valence), vous aimez Nice et y habitez ? Notre langue fait partie de notre culture, de notre âme, et ça nous fera plaisir d’entendre dans votre bouche ces mots prouvant que vous avez envie de devenir un Niçois... on parle bien le français depuis 1860, nous !

·         Ce livre vous propose 100 mots essentiels pour parler niçois au quotidien. Ils sont complétés par des expressions plus « imagées », les chiffres ou les jours de la semaine, et quelques proverbes. Avec même un « chicou » de grammaire et des astuces de prononciation. Vous saurez bientôt répondre à celui qui vous demande : « l’as pagat lou capèu ? », ou traiter de « balourt, estassi, ou choucatoun », celui qui vous a coupé la priorité. Non, mais, « dau bouòn ! »

Bienvenue à Nice avec une pincée de mots niçois, « un pessuc de nissart »

Allez, « zou, baieta, e que bouòn proun vous fague » (bises, et que vous en tiriez profit).

A  l'occasion de la sortie du numéro sur "Un pays vert", nous vous offrons un article sur :

 

Le Parc Valrose, un outil pédagogique au cœur d’un projet collaboratif

 

Tous les campus universitaires de France ne peuvent pas se targuer d’être classés Monument Historique comme le parc Valrose, siège de la présidence de l’Université de Nice Sophia-Antipolis et de sa Faculté des Sciences.

Un peu d’histoire

En 1866, le Baron Von Derwies achète le "Vallon des »Roses" alors planté d'oliviers, de vignes et d'orangers et il laisse le soin à Joseph Carles, auteur des jardins de Monte-Carlo, d’aménager le parc d’une dizaine d’hectares.

En 1950, la Ville de Nice rachète ce parc pour le rétrocéder à l’éducation nationale qui installe en 1965, la Faculté des Sciences et la présidence de l’Université. Une opération de réhabilitation est menée par deux botanistes, Mlle Bulard et M. Allier, sous l'égide de M. Baptiste, architecte. Trente ans plus tard, une nouvelle réhabilitation est proposée par M. Allier, Directeur du Laboratoire d'Environnement végétal terrestre. L'objectif est d'enrayer la disparition des espèces rares ainsi que la prolifération des espèces invasives pour un parc classé Monument Historique dont le patrimoine botanique requiert les soins constants de l’équipe de M. Llorca en charge de l’entretien du parc.

Un outil pédagogique unique

Son historique et sa conception ont fait du parc Valrose un formidable outil pédagogique pour l’enseignement de la botanique. Sa biodiversité végétale, 125 espèces arborescentes et plusieurs centaines d'espèces arbustives et herbacées, est pédagogiquement utile à plus d’un titre:

            - la zone d’origine des espèces (certaines locales, d’autres provenant des quatre coins du monde),

            -  leur répartition actuelle dans le monde (certaines très rares et/ou en danger d’extinction dans leur zone d’origine),

            -  leur usage (certaines très usitées, d’autres très peu connues)

            - leur histoire évolutive (presque tous les grands groupes de plantes y sont représentés par au moins une espèce).

Sans compter les quelques individus remarquables illustrant superbement les groupes auxquels ils appartiennent.

Les gymnospermes de Valrose

C’est dans ce cadre que des étudiants et des enseignants-chercheurs, la fondation UNICE, la société WEBELSE, ainsi que les personnels en charge de l’entretien du parc se sont associées autour d’un projet dont le but est de décrire cette biodiversité sous toutes ses formes !

Le premier tome de cette longue série de description « Botanique et Phytochimie du Parc Valrose », porte sur « Les Gymnospermes ». Sur les 125 espèces arborescentes recensées aujourd’hui dans le parc, une vingtaine font partie de ce groupe et en illustrent les quatre grands ordres (Ginkgoales avec le Ginkgo biloba, Cycadales avec les cycas, Gnetales avec les Ephedra et Pinales regroupant tous les conifères). On y découvre pour chaque espèce, une description sous forme de fiches. La partie botanique présente leur origine, leur morphologie, tandis que la partie phytochimique décrit leur(s) molécule(s) caractéristique(s) et leur(s) différente(s) propriété(s). On y retrouve également des anecdotes concernant ces espèces.

Un deuxième tome s’intéressera aux Magnolidées (Magnolia, Avocatier, Laurier et Camphrier) et aux palmiers.

 

Anne-Violette LAVOIR & Thomas MICHEL, Maitres de Conférences, Université de Nice-Sophia Antipolis

Photos Jean-Jacques GIORDAN, société WEBELSE

 

 

 

" 1918 ... et après",

 

 

 

En France, l’année 2018 marque le centenaire de la fin des conflits. Le 11 novembre, à 11 heures, le clairon sonne le cessez le feu !

Est-ce pour autant la fin de la guerre et la signature de la Paix ? Certainement pas ! D’autres conflits impliquant les puissances alliées se poursuivent en Europe centrale et au moyen Orient.

Dans l’étude que nous présentons à nos lecteurs, nous avons choisi de mettre en évidence le tableau de “l’après guerre”, des faits que le grand public ignore parfois et qui non que peu de place dans les sommaires des revues et autres parutions de cette fin d’année de commémoration.

Certes, la vie dans les tranchées et les grandes offensives qui n’ont souvent été que des boucheries inutiles, seront évoquées.

Mais un accent tout particulier est porté sur le retour problématique à une vie que l’on ne peut qualifier de normale.

Sait-on que les femmes, dont le rôle économique fut un facteur non négligeable dans la victoire, n’ont eu que trois semaines après le 11 novembre 1918 pour quitter leur emploi et retourner au foyer ?

Sait-on les difficultés des familles pour récupérer les corps des leurs tombés anonymement ?

Sait-on que le retour des soldats dans leur famille fut moralement et socialement difficile, parfois même impossible et que le nombre de divorces augmenta de façon importante ?

Sait-on que, concernant les fusillés pour l’exemple en grande partie innocents, leurs veuves ne touchèrent aucune pension et que leurs enfants ne furent pas considérés comme Pupille de la Nation ?

Sait-on que les tensions politiques et syndicales reprirent dans la semaine de la cessation du conflit ?

Sait-on…

Edito de Roger Rocca directeur de la publication

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre revue ? Consultez nos offres d'abonnement.

Faites connaissance avec notre association et le magazine Lou Sourgentin. Nous sommes à votre disposition pour toute demande ou question. N'hésitez pas à nous écrire ci-dessous:

 

Votre message issu du formulaire a été envoyé avec succès.

Vous avez entré les données suivantes :

contact

Veuillez corriger l'entrée des champs suivants :
Une erreur s'est produite lors de la transmission du formulaire. Veuillez réessayer ultérieurement.

Remarque : Les champs suivis d'un astérisque * sont obligatoires.

Veuillez noter que le contenu de ce formulaire n'est pas crypté

Reprise des cours de Niçois pour la saison 2018 - 2019:

Les cours de niçois du Sourgentin.

 

Le lundi  :  collège Giono, place st Roch, de 18h00 à 19h00 (par Jacques Dalmasso)

Le mardi  :  siège du Sourgentin, 65 route de Turin, de 17h45 à 18h45(par Jacques Dalmasso)

Le mercredi  :  siège du Sourgentin, 65 route de Turin, de 17h30 à 18h30 (par Yves Robaut)  

 

Comme depuis toujours, les cours sont libres,ouverts à tous et gratuits.

 

Nouveau:

Vous trouverez dans la rubrique "Magazine" des compléments aux articles parus dans Lou Sourgentin "papier"  que nous n'avons pu mettre en entier, faute de place, mais que nous avons jugé indispensables pour les lecteurs niçois.

Commençons par un texte de Miquel de Carabatta PROCH  DEI  FOURCA  DE  GRASSI  E  TOURRIN, suivi de sa revirada en français, PRES  DU  GIBET  DE  GRASSI  ET  TORRIN

Nouveau :

un lien avec un dictionnaire en ligne Français Nissart et Nissart Français

au début de l'onglet Cours de Nissart

 

http://www.nicerendezvous.com/car/dictionnaire-nicois-francais-et-francais-nicois.html

Accédez à la météo à 12 jours en cliquant sur le pictogramme ci-dessus.

Bienvenue sur le site du Sourgentin

Lou Sourgentin

65 route de Turin

06300 Nice

Téléphone : 04 93 56 86 64

Courriel :

lou.sourgentin@wanadoo.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association en cliquant sur l'onglet News.