La crònica nissarda de Roger Rocca
La crònica nissarda de Roger Rocca
Lou Sourgentin
Lou Sourgentin

MOT D’AQUI Da Rougié ROCCA

Retrouvez  la chronique niçoise de Roger Rocca parue dans  Nice Matin ou Lou Sourgentin et perfectionnez lou vouòstre nissart en les lisant régulièrement.

 

et en cliquant à gauche dans la rubrique, retrouvez

Les Fables de La Fontaine en nissart

De flou e de cée

 Des fleurs et des pois chiches

Deman, serà la festa de toui lu Sant, una festa chelebrada embé touplen de fervour en Pais nissart. Da segur, li soun d’usança dai nouòstre vièi que soun despareissudi au jou d’ancuèi. Pareisse que, d’un temp, la visita au cementèri si fahìa en doui jou : lou premié, si netejava li toumba, e li flou si pourtavon lou lendeman. Pareisse finda que, per la festa, calìa cambià lu lançou de toui lu liech, per ounourà lu antenant mouòrt que revendrìon, de nuech, veire la familha !

Ahùra, cenque nen resta d’aquèli coustuma soun, ben segur, li flou sus li toumba e bessai aquela receta dóu past de la festa dei Mouòrt : lu cée !

Per una salada de cée, li vi caura metre à muèi (se li avès croumpat sec) un desenau d’oura. Denan que de li faire cuèire, li cau destacà la péu. E per li faire cuèire, si pilherà una pignata que serà remplida d’aiga salada. Quoura l’aiga bulhe, li metre lu cèe, magara una douassa d’aiet, una ceba e quauqui fuèia de sàuvia. Laissà cuèire doui à très oura. Quoura seran refreit, alestì la salada embé aiet, òli d’ouliva e quauqui fuèia de jivert.

 

Des fleurs et des pois chiches

 

Demain, ce sera la Fête de tous les Saints (la Toussaint), une fête célébrée avec beaucoup de ferveur en Pays niçois. Bien sûr, beaucoup de coutumes de nos anciens ont disparu aujourd’hui. Il paraît que, dans le temps, la visite au cimetière se faisait en deux jours : le premier on nettoyait les tombes, et les fleurs étaient portées le lendemain. Il paraît aussi que, pour la Fête des morts, il fallait changer les draps de tous les lits, pour honorer les ancêtres morts qui reviendraient, la nuit, voir la famille !

Aujourd’hui, ce qui nous reste de ces coutumes sont, bien sûr, les fleurs sur les tombes et peut-être cette recette du repas de la Fête des morts : les pois chiches.

Pour une salade de pois chiches, il vous faudra les mettre à tremper (si vous les avez achetés secs) une dizaine d’heures. Avant de les faire cuire, il faut détacher la peau. Et pour les faire cuire, on prendra une marmite qui sera remplie d’eau salée. Lorsque l’eau bout, mettre les pois chiches, éventuellement avec une gousse d’ail, un oignon et quelques feuilles de sauge. Laisser cuire deux à trois heures. Lorsqu’ils seront refroidis, préparer la salade avec ail, huile d’olive et quelques feuilles de persil.

 


 

Juec de guerra

 

Per aquela debuta de semana, sembla dificil de parlà d’autra cauva que de foutebal ! Sigon lu journal, sigon li radiò, noun s’audon que de coumentari sus d’aquela « premièra » dins lou nouvéu estadi de Sant Isidorou : vous cau remarcà que noun pouòdi li dounà lou siéu noum ouficial, que lou « z » de la fin reboumba en la miéu testa couma un paréu de bòta militari.

Mà bessai qu’aquela idèa de guerra noun es tant aluegnada de cen que si di o de cen que s’escriéu quoura si trata de foutebal. Siéu ben segur qu’avès toui en testa quauque rescontre qu’es estat qualificat « d’ esplousiéu », e que lu jugaire de l’autre coustà soun estat tratat de « nemic ». Per la partida, lu foutebalur « soun mountat à l’assaut ». E de còu que li a, quoura una chourma gagna, si parla de « vitòria escrasanta ». Lu autre ? An subit una « derouta ». Si parla de muralha betounada, de tir, de capitani…

E se pensès que la miéu idèa es bessai un pau tròu esagerada, aloura amètes, au mancou, que soun de juec dóu chircou, que lu nouvéu estadi soun redoun… couma li arèna de la Roma antica.

 

Jeux de guerre

 

En ce début de semaine, il semble difficile de parler d’autre chose que de football ! Que ce soit les journaux, que ce soit les radios, on n’entend que des commentaires sur cette « première » au nouveau stade de Saint Isidore : il vous faut remarquer que je ne peux lui donner son nom officiel, le « Z » de la fin résonnant dans ma tête comme une paire de bottes militaires.

Mais peut-être que cette idée de guerre n’est pas si éloignée de ce qui se dit ou s’écrit lorsque l’on parle de football. Nous sommes bien sûrs que vous avez tous en mémoire quelque rencontre qui a été qualifiée d’explosive, et pour laquelle les joueurs adverses on été traités d’ennemis. Pour la partie, les footballeurs sont montés à l’assaut. Et parfois, lorsqu’une équipe a gagné, on parle de victoire écrasante. Les autres ? Ils ont subi une déroute. On parle de mur bétonné, de tirs, de capitaine…

Et si vous pensez que mon idée est un peu trop exagérée, alors admettez, au moins, qu’il s’agit de jeux de cirque, les nouveaux stades étant circulaires… comme les arènes de la Rome antique !

 

(Dessin de Jan Damiano)

 

 

 

 

 

Merenda… souta l’aiga !

 

Despi mai d’una semana, au cada jou, si parla d’aquela « Proumenada dóu Paioun » que li soun un mouloun de gent que la souònon encara « coulada verda » !

Se lu Nissart semblon l’avé adoutada, quauqu pounch fan encara questioun : … E perqué un camin proch de la Vila vielha plus estrech qu’aquéu dóu cousta de la Bourgada ? … E perqué aquela mancança de banca ? E doun metre li rementa ?…

Soubretout, cadun sau que lou Nissart – mà finda lu fourestié – es un groumant e que lou siéu estòmegue si sente, souventi fès, ben vuelh ! Fa que noun sian estat estounat quoura aven audit demandà se si poudìa merendà sus l’erba de la Proumenada ! Noun estounat finda de la respouòsta : sus l’erba, poudès vi rouià un pichin bescutin, mà minga pan bagnat o autra soca ! Sus d’aquel erba ben verda, minga papié gras o peluegna de pourtegal !

Mà mi sembla – o bessai que m’engani – que lou reglatamen noun parla que de manjuca sus l’erba. Acò fa qu’ai envuèia de demanda se si pòu faire un pichin past… souta lu giet d’aiga ! E lou taulié serìa aloura… netejat !

 

Déjeuner… sous l’eau !

 

Depuis plus d’une semaine, chaque jour, on parle de cette « Promenade du paillon » que plusieurs personnes appellent encore « la coulée verte » !

Si les Niçois semblent l’avoir adoptée, quelques points posent encore problème : … Et pourquoi une allée du côté de la Vieille Ville plus étroite que celle du côté de la Bourgade ? ; Et pourquoi ce manque de bancs, Et où mettre les poubelles ?…

Surtout, chacun sait que le Niçois – mais aussi les visiteurs – est un gourmand et que son estomac se sent, souvent, bien vide ! Nous n’avons donc pas été étonnés lorsque nous avons entendu demander si l’on pouvait déjeuner sur l’herbe de la Promenade ! Pas étonnés non plus de la réponse : sur l’herbe, vous pouvez grignoter un petit biscuit, mais pas de pan-bagnat ou autre socca ! Sur cette herbe bien verte, aucun papier gras ou pelure d’orange !

Mais il me semble- ou alors je me trompe - que le règlement ne parle que de repas sur l’herbe. Ce qui me donne envie de demander si l’on peut faire un petit repas… sous les jets d’eau ? Et la table serait alors… nettoyée !

Dessin de Jan Damiano

 


 

 

Quoura lou mercat « mountava »… *

 

Dau mercat dóu Cours, n’ai gaire de souvenì. Si cau creire que ma maire, santa frema, n’en menava pas toujou embé ella, soubretout qu’aquéu mercat au Cours li èra instalat d’invern.

Mà quoura lou mercat « mountava » sus lou boulevar Jan Jaurès, que cadun sounava encara « dei Italian », aloura eravian d’estiéu e èron li vacança d’estiéu.

 

… Doui còu per semana, moun fraire d’una man, iéu de l’autra, ma maire, frema de redris, s’encaminava de bouòn oura, lou matin : èra lou moument que fahìa encara un pau fresca souta li platana dóu bastioun, aquì proche de Paioun. Plaça d’Arma, Pauliani, lou qué San Jan Baptista, pouònt Garibaldi, tout acò d’un pas viéu, e eravian à la debuta, proch de la plaça Garibaldi, vers li nòu oura, nòu oura e mièja.

Aloura s’entamenava un ritual que n’estounava plus gaire ! Ma maire fahìa un premié passage per si metre en testa doun si ficava la plus bella mers, e soubretout per counouisse lu près.

Encara ahùra, mi demandi couma fahìa per si renembrà dei pres, dei luec, de la qualità : touta acò, ben ourdounat en un cantoun de la siéu testa ! E toujou embé nautre per la man !

Couma lu militari qu’an fach la siéu recounouissença, aquela frema avìa una foutougrafìa dóu mercat en la siéu testa. Aloura, si desbanava la segounda partida de la matinada. S’enanava, à còu segur, dau revendeiris de tantifla e s’en fahìa la chausida, una à una, de un o doui kilò… « acò per l’aioli de divendre ». Pi, un pau plus luèn, s’arestava per si pilha de pouòre e de gnif, de fahiòu grana… per la soupa au pistou… poudès mi regalà de doui fueilha de balicò ? E à cada còu, lu saquet s’emplissìon, lou pichin per mon fraire, e un un pau plus gros per iéu. Da segur, era ma maire que si camalava tout cenque péava.

Pi, venìa lou temp de la frucha « que cau pas la metre souta e la pistà… » Era lou moumen dificil, que ma maire voulìa li si chausì. Ai en testa lou còu que la revendeiris, qu’aluchava ma maire que si cercava souta lu plus bei pèsseghe li diguet :

-          o, madama, avès perdut la vouòstra baga aqui dintre que fourfouias couma acò ?

-          Cerquavi lu plus bei ! Lu autre, poudès v’en faire una meleta !

De còu que li a, s’embilava - mà sensa crit -, laissava tout laissat e s’en anava un pau plus luen…

* illustrat da Henri CAPRA

   

 

Acioun « limaça » *

 

Dau fin-fount de la siéu Istòria, l’Ome noun es estat toujou de pàti embé cenque li èra proupousat. Fa que s’es pilhat lou drech de faire audì la siéu vous, la siéu idèa, en manifestant. E aquéu drech, l’Ome lou s’es escrich dins la Lei.

Mà, quoura li es una manifestacioun, cau lou faire saupre en toui, e soubretout en aquelu qu’an lou poudé de dechisioun ! Aloura, couma faire ? D’un temp, sufissìa de s’encalà per carrièra embé de cartéu e de mùsica.

Au jou d’ancuèi, aquéu « metodou » sembla ben usat ! Fa que vehen ahura de manifestacioun que souòrton de l’ourdinari couma vuhà de rementa davant de la pouòrta d’una prefetura o espantegà de lieume au mitan dei routa.

Mà cenqu’es de moda es l’acioun limaça : si metre au mitan d’una routa o d’una carrièra e caminà lou plus plan poussible per bloucà la chirculacioun. Es coum’acò qu’au nouòstre aven vist de coultivatour embé camioun e tratour, de pastre menant li siéu feda, de cavalié (embé preire e ome poulitic) embé lu siéu cavau…

Pauri limaça, devengudi emblèma de la proutestacioun !

 

Action escargot

 

Du plus profond de son Histoire, l’Homme n’a pas toujours été d’accord avec ce qui lui était proposé. Il a donc pris le droit de faire entendre sa voix, son idée en manifestant. Et ce droit, l’Homme l’a inscrit dans la Loi.

Mais, lorsqu’il y a une manifestation, il faut le faire savoir à tous, et surtout à ceux qui ont le pouvoir de décision ! Alors, comment faire ? Dans le passé, il suffisait de descendre dans la rue avec des pancartes et de la musique.

Aujourd’hui, cette méthode semble bien usée ! Nous voyons donc maintenant des manifestations qui sortent de l’ordinaire comme verser des poubelles devant la porte d’une préfecture ou répandre des légumes au milieu des routes.

Mais ce qui est à la mode est l’opération escargot : se mettre au milieu d’une route ou d’une rue et avancer le plus lentement possible pour bloquer la circulation. C’est comme çà que chez nous, nous avons vu des cultivateurs avec camions et tracteurs, des bergers conduisant leurs brebis, des cavaliers (avec prêtre et hommes politiques) avec leurs chevaux…

Pauvres escargots, devenus emblèmes de la protestation.

* illustrat da Jan DAMIANO

 

Avès dich « galina » ?

 

Quauqui anada fa, aviavan emparat qu’esistavon cenqu’eron sounadi « lu Nouveli Bestia de Coumpagnìa (NBC) ». Pareisse que lu can, lu cat e lu pichin passeroun noun èron plus « de moda ». Calìa si gardà à maioun d’amic sourprendent : de grossi aragna negri à menà passejà sus l’espala, de serpent ben lonc per s’en entourtilhà lou couòl, d’esquirot dins la saca e que sourtìon basta la testa… Si di meme qu’à maioun, de destartavelat si gardavon de coucoudrìlou !

Despì quauqu jou, nen dihon qu’ancuèi, per estre « dins », cau avé una… galina !

Aquela pi ! Pareisse qu’una galina ti leva la rementa de maioun, que si manja tout ! E si di que cada jou, vi fa un òu !

Si cau creire qu’aquelu brave enfant an jamai mes un soulet pen dins un poulaié, jamai vist la brutissia au souòl o sentit l’oudou d’aquéu fem ! Se, sus lou barcoun o à maioun,  cau courre darrié lou cùou de la galina per netejà lou souòl, aloura…

E couma si di à Nissa, « N’an mai qu’aquelu que menavon li galina à vespre » !

 

Vous avez dit « poule » ?

 

Voici quelques années, nous avions appris qu’existaient ceux qui étaient appelés « Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC). Il paraît que les chiens, les chats et les petits oiseaux n’étaient plus à la mode. Il fallait garder à la maison des amis surprenants : de grosses araignées noires à promener sur l’épaule, des serpents bien longs pour s’en entortiller le cou, des écureuils dans le sac et qui sortaient seulement la tête… On dit même qu’à la maison, des écervelés gardaient des crocodiles !

Depuis quelques jours, on nous dit que pour être « in », il faut avoir une poule ! Celle-là alors ! Il paraît qu’une poule fait disparaître les détritus de la maison, car elle mange tout. Et on dit que chaque jour, elle vous fait un œuf !

Il faut croire que ces braves gens n’ont jamais mis un seul pied dans un poulailler, jamais vu la saleté du sol, ou senti l’odeur de ce fumier ! Si, sur le balcon ou à la maison, il faut courir derrière le cul de la poule pour nettoyer le sol, alors…

Et comme on dit à Nice : « Ils sont plus dérangés que ceux qui conduisaient les poules à la messe ! »

* illustrat da Jan DAMIANO

 

La festa au Stadium Rivierix

 

Cadun counouisse l’istòria dei doui amic Galès, que l’un, magara un pau gros, avìa una fouòrça fenoumenala : éu, cuntava que quoura èra pichin, s’èra encalat dintre d’una pignata de poucioun màgica. Fa que lu doui amic, soulet, poudìon afrountà d’armada de Rouman !

Pareisse qu’au nouòstre, à Nikaia, esistava finda una receta d’aquela poucioun e que lu premié que tasteron d’aquela bevanda fougueron de jugaire de cougourda redouna, que si juga embé lu pen, lou pencougourdoun ! Era lou temp que toui amiravon lu jugaire dóu prince Quatarix, d’ome couma Zatanix que si pensavon estre lu plus fouort.

Mà tout acò èra sensa countà embé la chourma nikaiena, lu Ougecenien ! Despi la coustrucioun dóu nouvéu Stadium Rivierix, aquelu brave enfant si sentìon venì d’ala, couma l’aigla qu’èra lou sìmbolou de la siéu vila. Bessai èra un còu de bevanda màgica, bessai èra aquéu nouvéu estadi, redoun couma la pignata de la poucioun ? Vai-ti-saupre !

Mà èra ben vengut lou temp que lu pichin Ougecenien anavon si cercà una premièra plaça !

 

La fête au Stadium Rivierix

 

Chacun connaît l’histoire des deux amis Gaulois, dont l’un, peut-être un peu gros, avait une force phénoménale : lui racontait que lorsqu’il était petit, il était tombé dans une marmite de potion magique. Aussi, les deux amis, seuls, pouvaient affronter des armées de Romains !

Il paraît que chez nous, à Nikaia, il existait aussi une recette de cette potion et que les premiers qui goutèrent de cette boisson furent des joueurs de courge ronde, que l’on joue avec les pieds, le « piedcourge ». C’était le temps où tous admiraient les joueurs du prince Quatarix, des hommes comme Zatanix qui pensaient être les plus forts.

Mais tout ceci était sans compter avec l’équipe nikaienne, les Ogéceniens ! Depuis la construction du nouveau Stadium Rivierix, ces braves garçons se sentaient venir des ailes, comme l’aigle qui était le symbole de leur ville. Peut-être était-ce un coup de boisson magique, peut-être était-ce ce nouveau stade, rond comme la marmite de potion ? Allez savoir !

Mais il était bien venu le temps où les petits Ogéceniens allaient se chercher une première place.

 * illustrat da Jan DAMIANO

 

Nouòstra Bàia : angeloun o requin ?

 

Sian esquasi segur que lu fourestié que descuerbon la nouòstra vila, e magara encara un mouloun de Nissart, si penson en una legenda o en una istòria miraculouha quoura vèhon la bàia dei « Ange ». Una Santa Reparata estirassada da una manada d’angeloun dins un batéu pescadou… Béu raconte, mà legenda per enfantoun !

Li « ange » de la bàia que bagna la nouòstra vila noun soun que de « pei-ange », una sorta de pichin « requin » (o raquin) que lu pescadou nissart counouisson ben ! De pichina talha, que noun fan de mau ai ome, soun elu qu’an laissat lou siéu noum en aquéu luec, en un periodou que noun èra encara lou luec dei tourist !

Acò per lou pei-ange de la mar !

Mà cau dire qu’au nouòstre, e en terra, li soun finda de manada de raquin… sensa ala de pei ! Raquin de la finança e raquin de l’ecounoumìa, raquin de la coustrucioun e raquin de la poulìtica… Quauqui desenau d’anada fa, un libre èra estat escrich que lou siéu titre n’èra : « La bàia dei raquin », un libre que sentìa l’issoufle. Se l’avès souta la man…

 

 

Notre Baie : anges ou requins ?

 

Nous sommes presque sûr que les étrangers qui découvrent notre ville, et peut-être encore plusieurs Niçois, pensent à une légende miraculeuse lorsqu’ils voient « la Baie des Anges ». Une Sainte Réparate trainée par une poignée d’angelots dans une barque de pêcheurs… Joli conte, mais légende pour enfants !

Les « anges » de la Baie qui baigne notre ville ne sont que des « requin-anges », une variété de petits requins que les pêcheurs niçois connaissent bien. De petite taille, inoffensifs pour l’homme, ce sont eux qui ont laissé leur nom à ce lieu à une période où ce n’était pas encore un lieu touristique !

Çà, c’est pour les requins de mer !

Mais il faut dire que chez nous, et à, terre, il y a aussi des requins… sans nageoires ! Requins de la finance et requin de l’économie, requin de la construction et requin de la politique… Voici quelques dizaines d’années, un livre avait été écrit dont le titre en était : « La baie des requins », un livre qui sentait le soufre. Si vous l’avez sous la main…

 

(Dessin de Jan Damiano)

 

Légende du dessin :

Stan en la Bàia, mà noun semblon d’angeloun

Ils habitent la Baie, mais ne semblent pas être des anges

 

 

 

Chìrcou

 

Mà que vergougna ! Aven emparat que lu escoulan francès èron esquasi en couha dóu classamen euroupenc per lou nivéu. E soubretout, pareisse qu’au nivéu scientìficou, n’en sian luen. Aven meme audit un ministre dire que bessai, caurìa repilhà lu bouòn vielh metodou, couma lou carcul mental. Avé besoun d’una carculeta per saupre que, quoura as douze bilha e que n’en perdès cinc,t’en resta set, acò n’a laissat nec ! Lu magistre van « avé de pan sus la mastra » !

Cau dire que sian estat rassegurat quoura n’an emparat que, bessai, lu nouòstre escoulan poudìon enaussà lou siéu nivéu embé l’ensegnamen… dóu chìrcou ! Avès ben audit, jouve amic : de còu que saupriavas pas cen qu’es la regla de tres, o se l’ajetiéu si pilha la marca dóu plural, poudès toujou caminà sus d’un baloun o vous doudouleà, pendut en un trapèse. E couma acò, pourrès bessai outenì lou vouòstre bacalaure. Aloura, aurès un pichin pensié per aquéu diretour que cridava : « Aquì, noun sian au chìrcou ! Au travalh ! »

 

Cirque

 

Mais quelle honte ! Nous avons appris que les écoliers français étaient presque en queue du classement européen pour le niveau. Et surtout, il paraît qu’au niveau scientifique, nous en sommes loin. Nous avons même entendu un ministre dire que, peut-être, il faudrait reprendre les bonnes vieilles méthodes comme le calcul mental. Avoir besoin d’une calculette pour savoir que, si tu as douze billes et que tu en perds cinq, il t’en reste sept, ceci nous a laissé pantois ! Les maîtres vont avoir du travail.

Il faut dire que nous avons été rassurés lorsque nous avons appris que, peut-être, nos écoliers pouvaient améliorer leur niveau avec l’enseignement… du cirque ! Vous avez bien entendu, jeunes amis : des fois que vous ne sauriez pas ce qu’est la règle de trois ou si l’adjectif prend la marque du pluriel, vous pouvez toujours marcher sur un ballon ou vous balancer pendu à un trapèze. Et comme ça, vous pourrez peut-être obtenir votre baccalauréat. Alors, vous aurez une petite pensée pour ce directeur qui criait : « Ici, nous ne sommes pas au cirque ! Au travail ! »


* illustrat da Jan DAMIANO

 

Arancà… de bahul !

 

Es la moda d’arancà !  Rassegurès-vous ! Pas la « moda » de toui, ni la vouòstra, ni mancou la miéua ! Es la « moda » dei voulur, la « moda » d’aquelu que noun crègnon de revessà de vielhi persouna o d’enfant per « aranca » ! Un temp, la siéu « moda » èra d’arancà de saca de frema, o de boursa : una pouòrta de vouòtura que si duerbe, un boulun de gent… e lou sac es vitou arancat !

Pi, es venguda la « moda » d’aranca li daurura de coulana, d’anéu, de mouòstra… tout cen que si pòu revendre sensa tròu de cruci.

Au jou d’ancuèi, la « moda » es d’arancà lu telefoninou, soubretout aquelu doun s’atrovon de juec, de film, la testa dóu vouòstre vesin e la receta dóu stocafic ! Pareisse qu’en vila o dins lou tram,  noun cau jamai sourtì aquela pichina maravilha, meme se souòna à v’en roumpre li aurilha !

Fa que si sian dich qu’èra, bessai, gaire prudent de s’encamina embé un bahul, soubretout se aquéu bahul es clafit de bilhet de banca. Perqué pareisse qu’acò, es finda à la « moda » !

 

Arracher… des valises !

 

C’est la mode « d’arracher » ! Rassurez-vous ! Pas la mode de tous, ni la vôtre, ni même la mienne ! C’est la mode des voleurs, la mode de ceux qui ne craigne pas de renverser de vieilles personnes ou des enfants pour « arracher » ! Pendant un temps, leur mode était d’arracher des sacs de femmes ou des bourses : une porte de voiture qui s’ouvre, une bousculade… et le sac est vite arraché !

Puis la mode est venue d’arracher les bijoux de cou, les bagues, les montres… tout ce qui peut se revendre sans trop de souci.

Aujourd’hui, la mode est d’arracher les téléphones portables, surtout ceux où se trouvent des jeux, des films, la tête de votre voisin et la recette du stockfish ! Il paraît qu’en vile ou dans le tramway, il ne faut jamais sortir cette petite merveille, même si elle sonne à vous casser les oreilles. 

Ce qui fait que nous nous sommes dit qu’il était, peut-être, guère prudent de se déplacer avec une valise, surtout si celle-ci est bourrée de billets de banque. Car il paraît que ça, c’est aussi à la mode.

 

(Ilustrat da Jan DAMIANO)

 

Bienvenue sur le site du Sourgentin

Lou Sourgentin

65 route de Turin

06300 Nice

Téléphone : 04 93 56 86 64

Courriel :

lou.sourgentin@wanadoo.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association en cliquant sur l'onglet News.