La crònica nissarda de Roger Rocca
La crònica nissarda de Roger Rocca
Lou Sourgentin
Lou Sourgentin

Cen que lu nissart n'en penson

 

Tribunes du Sourgentin


Toutes les grandes tribunes et petits points de vue du Sourgentin.... Cen que lu nissart n'en penson...


Ecoulougìa…

Mi faran venì vert !

Un jou va, lou lendeman tout s’encala… Un jou, lou « cac » si aussa, lou lendeman, s’aproufoundisse… Tout acò pourrìa vi faire venì vert e escufegnous !

Rasseguras-vous, se venen vert, noun es d’aquela bressoulada ! Se venen vert, es per avé un coumpourtamen « ecoulougic ». Despì de mes, li soun un mouloun que trilhon li siéu rementa (veire d’un coustà, peluègna de l’autre) e que menon un pau plus plan. Nautre finda.

Mà sembla que la vouòtura sigue lou proublema lou mai empourtant. De còu que li a , ai esquasi vergougna de menà la miéua au mitan dei ciclista : èlu, souguigne ai labra e de boutéu à vi faire envuèia, iéu serrat darrié li miéu vitra, neblat, en una vouòtura que petèa de fun e de gas !

Una souleta idèa mi recounfourta un pau : pareisse que li vaca peteon un gas que, da segur, sente mau, mà que soubretout serìa respounsable d’una poulucioun esquasi tant empourtanta qu’aquela de la chirculacioun.

Aloura, d’aqui quauqui anada, un nouvéu pot d’escapamen per li autoumoubila… e per lou cùou dei vaca ?

Ils me feront venir vert !

Un jour, ça va, le lendemain, tout s’écroule… Un jour, le CAC se redresse, le lendemain, il s’effondre… Tout cela pourrait vous faire venir vert et nauséeux !

Rassurez-vous, si nous devenons vert, ce n’est pas dû à cette balançoire ! Si nous venons vert, c’est pour avoir un comportement écologique. Depuis des mois, ils sont nombreux à trier leurs poubelles (verre d’un côté, épluchures de l’autre) et à conduire un peu plus lentement. Nous aussi.

Mais il semble que la voiture soit le problème le plus important. Parfois, j’ai presque honte de conduire la mienne au milieu des cyclistes : eux, sourire aux lèvres et mollets à faire envie, moi, enfermé derrière mes vitres, rassis, dans une voiture qui recrache de la fumée et des gaz !

Une seule idée me réconforte un peu : il paraît que les vaches pètent un gaz qui, bien sûr, sent mauvais, mais qui surtout serait responsable d’une pollution presque aussi importante que celle due à la circulation.

Alors, dans quelques années, un nouveau pot d’échappement pour les automobiles… et pour le cul des vaches ?


Cirougian per l’estètica …

Si fan tout refaire…

Se li es un mestié clafit de poussibilità e que noun counouisse la desoucupacioun, es ben aquéu de « cirougian per l’estètica ». A la debuta, aquelu medecin si pilhavon lou prefach de repeçà toui aquelu paure diau que la desgracia li avìa escagassat. A la fin de la Guerra dóu 14, de milanta e de milanta de « goula roumpudi » èron estat « tacounat » da de medecin de gaubi !

Mà ancuèi, noun es plus la mema cansoun : l‘estètica es devenguda un prouduch dà vendre. Moussu, s’avès una pansa un pau tròu redouna o d’aurilha couma lu gari, Madama se lou vouòstrie piech s’encala o se lu vouòstre boutéu fan pensà à de jamboun d’Annot, aloura anas veire un « cirougian per l’estètica ». Pareisse que vous fan de miracle, plus ben que la Madona !

E noun dire qu’es pas un miracle, quoura de filha que « la soun facha bouòna » e que, manti fes, « si soun marridadi sensa preire », souòrton dau medecin vierge couma d’oli d’òuliva dóu pais !

Elles se font tout refaire…

S’il est un métier plein de possibilités et qui ne connaît pas le chômage, c’est bien celui de chirurgien esthétique. Au début, ces médecins prenaient la charge de rafistoler tous ces pauvres diables que le malheur avait écrasés. A la fin de la Guerre de 14, des milliers et des milliers de « Gueules cassées » avaient été rapiécées par ces médecins de talent.

Mais aujourd’hui, ce n’est plus la même chose : l’esthétique est devenu un produit à vendre. Monsieur, si vous avez un ventre un peu trop rond ou des oreilles de rat, Madame si votre poitrine tome ou si vos mollets font penser à des jambons d’Annot, alors allez voir un chirurgien esthétique. Il paraît qu’ils font des miracles, mieux que la Vierge !

Et ne dites pas que ce n’est pas un miracle lorsque des filles qui se sont amusées et se sont souvent mariées derrière l’église, ressortent vierges comme l’huile d’olive du Pays !


Pour la Fête des Morts…

Manjuca per lou mouòrt

Sian à la debuta de nouvembre, la Festa de Toui lu Sant e, lou lendeman, la Festa dei Mouòrt. Es, da segur, un periodou que n’en remete en ment parent e amic despareissut. E souventi fes, si renembran dei boi moument passat embé toui aquelu que Tanta Chiqueta es venguda per li si pilhà.

Cau dire que, d’un temp, l’enterramen d’un amic, magara d’un parent, èra lou moument que li si poudìa reveire de gent perdut de vista despì d’an e d’an. En lu vilage, tout acò s’encaminava, de còu que li a, da de luec aluegnat. A miejou o lou sera, un past radunava touta la familha. E cadun de cuntà la siéua, de faire « revieure » lou mouòrt e de beurre un gotou… per la siéu sanità !

En vila, li coustuma èron esquasi li meme. Après la ceremounìa, toui si retrouvavon « per anà beurre un cou », souventi fès en de pichini beguda, à San Roc o en lou valoun de la Madalena.

E magara una pichina partida de bocha acabava la journada, soubretout se l’amic mouòrt li plasìa jugà ai bocha. Aven meme vist lou preire serrà la glèia e venì beure embé la familha.

La mouòrt – per lu autre – èra pas toujou trista !

Festin pour le mort

Nous sommes au début de novembre, la Toussaint et demain, la Fête des Morts. C’est, certainement, un moment qui nous remet en mémoire les parents et amis disparus. Et souvent, nous nous remémorons les bons moments passés avec ceux que la Mort est venu chercher.

Il faut dire que, dans le temps, l’enterrement d’un ami, parfois même d’un parent, était le moment où l’on pouvait revoir des gens perdus de vue depuis des années. Dans les villages, tous se mettaient en chemin, parfois venant de lieux éloignés. A midi ou le soir, un repas rassemblait toute la famille. Et chacun de raconter la sienne, de faire revivre le mort et de boire un verre… à sa santé !

En ville, les coutumes étaient pratiquement les mêmes. Après la cérémonie, tous se retrouvaient pour « aller boire un coup », souvent dans de petites auberges, à Saint Roch ou dans le vallon de La Madeleine. Et parfois une partie de boules terminait la journée, surtout si l’ami mort aimait jouer aux boules. Nous avons même vu le prêtre fermer l’église et venir trinquer avec la famille.

La mort – pour les autres – n’était pas toujours triste.


COUPA D’EUROPA DE FOUTEBAL

9 de jun. 3 oura de predinà. Perqué voulé faire jugà Vieira qu'es estat ferrit tant de còu est'an e que ten mé de courdela, de fieu ferre e de clavèu ? Un ome couma Toulalan dèuria pilhà la plaça... E per cen qu'es de Thuram qu'es estat un dei pu bouoi jugaire dai dariièri annadi, lu Barcelounes si soun pas enganat en lou laissant sus lou banc dei remplaçant. N'es à la fin internaciounalamen.

Anen ! A estou sera contra la Roumania...

Lou meme jour, lou sera : Nul sus touta la ligna. E per l'Italia si soun pilhat 3 à 0 contra lu Oulandes

13 de jun. Que pietà ! Meme auguessson gagnat noun si pouria dire qu'aquela equipa de "fatigat" soun de nivèu d'aquela coumpeticioun. 4 à 1 contra lu Oulandes ! Que rasclada ! E couma l'Italia a fach mache nul contra la Roumania es l'oura dei conte... Lu Oulandes soun qualificat e se vouolon si repauvà un chicou contra la Roumania, tant l'Italia que la França seran eliminadi. E pi per la seguida de la coumpeticioun mai vau, per la Oulanda, metre fouora aqueli doui equipa finalista dòu campiounat dòu mounde que la Roumania. L'oucasioun noun es à laissà passà.

15 de jun. Lu Pourtugues, ja qualificat, an perdut (de fach an laissat courre) contra la Suissa : si soun repauvat. E degun a cridat au scandale. Aloura, perqué lu Oulandes farion pas parié. Pouden alestì lu mandiou per plourà de cadà coustà de la frountièra... Dirai ren de la vitoria dei Turc ; s'es tout dich.

18 de jun. Es fach. Ni lou sort ( Ribery ferrit), ni l'arbitre ( va ben per lou penalti, ma metre fouora Abidal es estat fach per "tuà"lou mache) an vourgut d'una equipa de França en quart de finala. Cau dire finda que minga jugaire a dounat l'impressioun que poudia marcà. Soun de fatigat, l'ai dich lou proumié jour ! E per cenqu'es de l'Italia a de chança que lu remplaçant dei Oulandes sigon fouort au pounch d'avé batut la Roumania. Noun sabi sé Van Basten, lou mestre de l'equipa oulandesa, sigue talamen soudisfach : couma l'avìi dich era pas lou sieu interès de batre lu Rouman ; finda a mes 9 remplaçant sus ounze, ma noun poudia finda li dire de faire espressi de perdre.

23 de jun. Ai asperat la fin dei quart de finala per fa quauque coument. Lu Oulandes que semblavon de barabanchou (=ogres) n'en poudion plus. Lu Russou li an dounat un gran còu de ramassa en li prouloungacioun. N'es que justicia que lu Italian sigon despareissut contra lu Espagnòu que mi semblon propi bouoi. Ma la sourpresa ven mai d'aquelu Turc qu'asperon lou darrié moumen per amassà lu aversari. Lu Crouata lu cresion mouort : una minuta avant la fin soun revengut e apres, m'ai tir au but, an gagnat. Cenque m'a fach touplen de pena es la derouta dei Pourtugues contra de l'Alemagna. Mi fa toujou pena quoura una equipa perde contra lu Aleman. Es bestia, ma es ensinda. (ai vièugut la guerra

de 39-45...)

E ahura ? Lou mieu couor batte per lu Espagnòu. Ma... veiren ben. En aqueu campiounat n'empouorta qu batte n'empouorta qu. Aloura... Pura mi farìi una foura de rire que sigon lu Turc que gagnon lou Campiounat d'Europa, elu que degun li vòu en Europa...

24 de jun. Doui mot avant li mieji finala. Ai souventi fes escrich, per anà pu vitou : " La França... l'Italia,... lu Oulandes..." Aurìi dèugut marcà : " l'equipa de França de foutebal... l'equipa d'Italia de foutebal... ec..." Acò perqué cau pas tout mesclà : noun es l'Italia qu'a batut la França ! En lou juec de foutebal soun lu foutebalur chausit per representà l'Italia qu'an batut... ec..." Pensi qu'es proun clar...

Escrivi aqueli quauqui rega, perqué mi sembla que li a touplen de bandièra que soun estadi desplegadi en Tuquia, de Counstantinopoulou à Ankara... E acò m'agrada gaire, e meme m'espaventa un chicou. N'es au pounch que se soun lu foutebalur Aleman que gagnon, maugrà cenqu'ai escrich aquì soubre, mi leverà un pes. Perqué se soun lu foutebalur Turc que soun vitourious, que vitoria serà festejada en touta la Turquia ? La revenga de Lepante ? Pura cregni finda que la desfacha dei Turc au foutebal sigue mesclada, en la testa de quauque Nissart noustalgicou mé l'assedi de Nissa dòu 1543. Lou repeti : cau pas tout mesclà, un baloun de foutebal e un boulet de canoun !

30 de jun. Ai asperat la fin per repilhà l'article... Sieu rassegurat e urous. Rassegurat perqué lu Aleman an sourtit lu Turc : ai dounat li mieu rasoun... Urous perqué lu Espagnou an fach courre lu Russou que noun sabion couma faire per achapà aquelu farfadet, cousse e foulatoun d'Espagnòu ! 3 à minga, li a ren da dire... Ma en finala, contra lu Aleman ai augut un gran espavent : que lu gigant de Germania, qu'avion 10 cm e 10 kilò de mai empauvon la sieu fouorça ai courajous Espagnòu. Seria estat la vitoria de la brutalità, de la fouorça sensa finessa contra lou gaube, la soutilessa, la vitoria dei talha-bouosc e dei bouscatié contra "lu artista, lu magician, lu coumedian" ! Aloura gloria ai artista e en aqueu Torres que s'es esquilhat entra un gros aleman e lou gardian e qu' a marcat lou but vitourious.

Lou sera dòu 29 de jun, mi sieu endurmit mé lou souguigne ai labra.

Raoul NATHIEZ


Testa e poulìtica

Da segur, noun sian soulet à si demandà cen que pòu s’escoundre en lou proufount dei testa dei ome (o dei frema) poulitic (o poulitiqui) ! Couma soun ourganisadi li siéu dralha mentali ? Couma si fan li counessioun ? Couma si desbana lou caminamen d’idèa que soun jamai estadi anounçadi ? Doun soun entanat lu prouget jamai realisat ?
De gent touplen gaubious an estudiat aqueli testa, an espelucat lu siéu mot e li siéu parladissa. An cercat tra la siéu vida d’escoulan(a), an destanat la (o lou) siéu premièra calignièra (o calignié)…
En fin finala, an demandat à de doutour de li venì ajudà !
E aquéu dissata, à Nissa, un chelebre « specialiste dóu ment » n’en dira, bessai, cen qu’a descubert !
Caurìa pas mesclà…
Aquelu que lou counouisson sabon ben que lou Rocca, que cada dissata mandà li siéu grafignadura, a la barbeta. Mà noun es una rasoun de si pensà qu’es un rapache !
Lou « gypaète embé la barba » alachat da Albertou de Moùneghe, li dihon « Roca », couma la roca doun es bastit lou vielh castéu.

Tête et politique

Très certainement, nous ne sommes pas les seuls à nous demander ce qui peut se cacher au plus profond de la tête des hommes (ou des femmes) politiques ! Comment sont organisés leurs chemins mentaux ? Comment se font les connexions ? Comment se fait le cheminement d’idées qui n’ont jamais été annoncées ? Où sont enterrés les projets jamais réalisés ?
Des personnes de talent ont étudié ces têtes, ont épluché leurs mots et leurs discours. Ils ont cherché dans leurs vies d’écoliers, ils ont retrouvé leurs premières amours…
A la fin, ils ont demandé aux docteurs de venir les aider !
Et ce samedi, à Nice, un célèbre « neuropsychiatre » nous dira, peut-être, ce qu’il a découvert !
Il ne faudrait pas confondre…
Ceux qui le connaissent, savent bien que le Rocca, qui chaque samedi égratigne un peu, porte la barbe. Mais ce n’est pas une raison de penser qu’il est un rapace !
Le gypaète barbu lâché par Albert de Monaco s’appelle « Roca », comme le rocher où est bâti le vieux château.

 


Receta d'elecioun...

Despì de mes e de mes, auden toui la pichina cansoun dei elecioun. Aria counouissut : lou plus gaubious, la mai inteligenta… Aquéu que vi leverà lu cruci… Aquela que vous dounerà un pau mai de sòu à la fin dóu mes… Despi d’an e d’an, auriavan tout audit e tout vist ? Pas segur !
Sembla que li sigue un atour que, à pau à pau, despareisse dóu relarc eletoural : l’empegaire d’aficha ! Aquéu mesteirant dóu pincéu e de la couòla s’es fach quist.
Per aquela atività, un gaubi veritable fa mestié. Se voulès n’en tastà…
Vi cau, à la debuta, alestì la vouòstra couòla. N’i a que si gardon lou secret de familha per mesclà couòla de pei e aiga, fin que lou brodou noun sigue trau espès o trau clar ! Pilhà un pincéu, larc, mà pas peant , una « couha de merlussa » !
De bouòn matin, magara de nuech, cau v’encaminà, esquasi d’escoundihoun. Cercà un béu barri o una platana, empegà, metre l’aficha, empegà mai e laissà secà. Se l’alestimen vous sembla tròu caut, e que li soun de maufantan, baissas… lou fuec e retournas vous metre au liech per laissà refreià !

Recette d’élection…

Depuis des mois et des mois, nous entendons tous la petite chanson des élections. Air connu : le plus adroit, la plus intelligente…Celui qui vous débarrassera de vos soucis, celle qui vous donnera un peu plus d’argent à la fin du mois… Depuis des années et des années, nous aurions tout entendu et tout vu ? pas certain !

Il semble qu’il y ait un acteur qui, petit à petit, disparaît de la scène électorale : le colleur d’affiche ! Cet artisan du pinceau et de la colle s’est fait rare.

Pour cette activité, un véritable savoir-faire est nécessaire. Si vous voulez goûter…

Il vous faut, au début, préparer votre colle. Certains gardent leur secret de famille pour mélanger colle de poisson et eau, afin que le mélange ne soit ni trop épais ni trop clair ! Prendre un pinceau, large, mais pas lourd, une « queue de morue ».

De bon matin, peut-être de nuit, il vous faut partir, presque en cachette. Chercher un beau mur ou un platane, encoller, mettre l’affiche, encoller à nouveau et laisser sécher. Si la préparation vous semble trop chaude », et qu’il y a des intrus, baisser… le feu et retournez vous mettre au lit pour laisser refroidir !

 


Noun cau tout mesclà !

Pareisse que li es un destartavelat que s’es pantaiat de si mandà en vouòtura, dau « Saut dei Francès », davau, en la Vesubìa ! Nen cau dire, aquì, qu’aquela idèa n’agrada pas ! E acò, per au mancou très rasoun.
La premièra, e bessai la mai empourtanta, es que degun déu si pilhà la libertà de trasfourmà un luec cargat de l’Istoria noustrala en un decòrou de publicità. Aquì, au « Saut dei Francès », d’ome fouguèron coundanat à la mouòrt la mai atroche qui si pousquesse imaginà : sautà davau, e si veire mourì ! Aquì, au « Saut dei Francès », deven si reculhì ! Pas mai !
La segounda rasoun serìa que bessai, li soun de desenau de paure malerous qu’an perdut la vida en d’accident de vouòtura, lou lonc d’aqueli pichini routa de mountagna, en sautant davau en de ribas vertiginous ! S’ameriton la nouòstra pudou !
E sensa cuntà aquela carcassa que caurà ben anà cercà, au fin fount de la valada per la levà dóu mitan !
Cadun fa cenque vòu de la siéu péu : mà si pensan que noun cau oufensà la sensibilità dei gent.

 

Il ne faut pas tout mélanger

Il paraît qu’un écervelé a imaginé de se lancer en voiture, du « Saut des Français », dans la Vésubie ! Il nous faut dire, ici, que cette idée ne nous convient pas ! Et ce, pour au moins trois raisons.
La première, et peut-être la plus importante, est que personne ne doit prendre la liberté de transformer un lieu chargé d’Histoire en un décor de publicité. Ici, au « Saut des Français », des hommes furent condamnés à la mort la plus atroce que l’on puisse imaginer : sauter dans le vide et se voir mourir ! Ici, au « Saut des Français », nous devons nous recueillir ! Rien de plus !
La seconde raison serait, peut-être, que des dizaines de pauvres malheureux ont perdu la vie dans des accidents de voiture, le long de ces petites routes de montagne, en sautant dans des ravins vertigineux ! Ils méritent notre pudeur !
Et sans compter que cette carcasse, il faudra bien aller la chercher, au fin fond de la vallée pour l’enlever !
Chacun fait ce qu’il veut de sa vie : mais nous pensons qu’il ne faut pas offenser la sensibilité des gens.


Cau si tenì ai branca !

Avìa pauvat lou sièu journal, e noun avìa dich un mot. E tout en un còu…
- Es pas lou moumen de s’en calà en douga ! An escassat « Pastur », mà sabon pas se serà poussible de bastì lou nouvéu espitau ! Pareisse que lou prouget serìa tròu car, e qu’an pas lu sòu… Aquela mai…
E nautre, aven pas sauput cen que li respouòndre, en aquéu brave ome, éu qu’avìa travalhat mai de trente an en aquéu « Pastur »…
- D’accòrdi, èra bessai un pau vielh, e quauqu « pavaioun » s’ameritavon d’estre moudernisat. Mà èra pas necessari de tout desfoundre… soubretout se si pau pas estre assegurat de la seguida dóu prefach !
E nautre, encara un còu, aven prouvat de lou rassegurà, de li dire qu’en fin finala trouveran ben lu sòu (n’en pilheran un pau de mai en la nouòstra bournièra !), que calìa la si pilhà en patiença, qu’esistavon à Nissa d’autre espitau (mà noun li aven dich que li avìa un prouget per serà « San-Roc » !)
E l’aven laissat, e li racoumandant de si tenì ai branca per noun s’en anà en maloura !

 

Il faut se tenir aux branches !

Il avait posé son journal, et n’avait rien dit. Puis, brusquement…
- Ce n’est pas le moment de tomber malade ! Ils ont détruit « Pasteur », mais ils ne savent pas s’il sera possible de construire le nouvel hôpital ! Il paraît que le projet serait trop cher, et qu’ils n’ont pas l’argent… Celle-là, alors…
Nous, nous n’avons pas su que répondre à ce brave homme, lui qui avait travaillé plus de trente ans dans ce « Pasteur »…
- D’accord, il était peut-être un peu vieux, et quelques pavillons auraient mérité d’être modernisés. Mais il n’était pas nécessaire de tout détruire… surtout s’il n’est pas possible d’être assuré de la poursuite du chantier…
Et nous, encore une fois, nous avons tenté de le rassurer, de lui dire qu’à la fin, ils trouveraient bien l’argent (ils nous en prendraient un peu plus dans notre poche !), qu’il fallait avoir de la patience, qu’il existait à Nice d’autres hôpitaux (mais nous ne lui avons pas parlé du projet de fermer « Saint-Roch » !)
Et nous l’avons quitté en lui recommandant de « se tenir aux branches » pour ne pas tomber malade !

 


Aquelu de tihul !

Aqueli belli platana, quoura li an troumpeladi, doui magara tres an fà, degun s’èra demandat quant anava coustà de remetre d’aubre lou lonc dei carrièra de Nissa. Mà cadun avìa dounat la siéu idèa per dire cen que si pensava sus la chausida dóu tipou d’aubre. Qu voulìa reveire li siéu platana, qu si pensava que bessai, proch de la mar, si poudìon plantà de paumoulié…

Aven emparat que, d’aqui quauqu mes, si passejeren souta… de tihul !

Mà, pas d’aquelu paure tihul que, bessai, avès en lou vouòstre jardin, tihul « de toui lu jou », couma un faudiéu « de toui lu jou » o de « besèca dóu cada jou ». Nautre, à Nissa, si sian fach la chausida de tihul argentat ! E encara un còu, van dire que lou pais noustral es lou pais dei ric e dei palai, que l’argen li ràia dapertout… e finda dai aubre ! E s’auderà, encara un còu, la mùsica dei « … sòu nissart dóu pais dóu soulèu… que si sau pas de doun venon… ».

Mà que vèni d’audì ? L’argentat dei tihul nissart noun serìa una istoria de sòu ? Serìa simplamen lou coulou dóu souta de la fuelha ? Siéu rassegurat, ai augut pau !

 

Ceux-là, de tilleuls !

Ces beaux platanes, lorsqu’ils les ont sciés, voici deux ou peut-être trois ans, personne ne s’était demandé combien aller coûter la remise en place d’arbres le long des rues de Nice. Mais chacun avait donné son idée pour dire ce qu’il pensait du choix du type d’arbre. Qui voulait revoir ses platanes, qui pensait que, peut-être prés de la mer, des palmiers pouvaient être plantés…

Nous avons appris que, dans quelques mois, nous nous promenerons sous… des tilleuls !

Mais, pas de ces pauvres tilleuls que vous avez peut-être dans votre jardin, tilleuls de « tous les jours » comme les tabliers ou le « ragoût quotidien » ! Nous, à Nice, nous avons fait le choix de tilleuls argentés ! Et encore une fois, ils vont dire que notre pays est le pays des riches et des palais, où l’argent coule à flots… et aussi des arbres ! E on entendra encore une fois la musique de « … l’argent niçois du pays du soleil… dont on ne sait d’où il vient … »

Mais, qu’est-ce que j’entends ? L’argent des tilleuls ne serait pas une histoire de sous ? Ce serait simplement la couleur du dessous des feuilles ? Je suis rassuré, j’ai eu peur !


"Travai d'interès general"

Sian toui d’accòrdi per dire que li soun tròu de presounié serrat dintre per de rasoun que noun s’ameriton la privacioun de libertà. Acò es dich, mà que n’en faire, d’aquelu que s’en baton li tantifla dei regla de la vida en souchietà ? Couma li faire acapì, en toui aquelu, que n’en  pouirisson la vida dóu cada jou ?

Despì quauqui anada, lu respounsable, que an tout en ment e que penson per nautre, an alestit cenque souònon lou Travai d’Interès General TIG). Es couma acò que lou maufatan que a « tagat » la vouòstra muralha serà coundanat à fretà lou siéu escarabochou e à pintà tout acò de nóu.

E bessai qu’un jou, vèiren sus l’estadi, una nova raça d’arbitre, vestit de jaune e regat de negre, da segur sensa boulet estacat au pen, que sourterìa cartoun jaune e rouge : un arbitre TIG que quauqui semana denan, aurìa ensultat… un arbitre !  

Travail d’Intérêt Général

Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il y a trop de prisonniers enfermés pour des raisons qui ne méritent pas la privation de liberté. Ceci dit, que faire de ceux qui ne se soucient pas des règles de la vie en société ? Comment le faire comprendre à tous ceux qui nous pourrissent la vie quotidienne ?

Depuis quelques années, les responsables, qui ont tout dans la tête et qui pensent pour nous, ont mis en place ce qu’ils appellent le Travail d’Intérêt Général. C’est ainsi que le malfaisant qui a « tagué » votre mur sera condamné à frotter son gribouillage et à repeindre tout à neuf.

Et peut-être un jour, verrons-nous sur le stade un nouveau type d’arbitre, vêtu de jaune rayé de noir, bien sûr sans boulet attaché au pied, qui sortirait cartons jaunes et rouges : un arbitre TIG qui quelques semaines auparavant aurait insulté… un arbitre !


"Tabac e preservatiéu"

D’aquì quauqu mes, serà finit lou temp que, lou matin, à la beguda dóu cantoun, si poudìa bèure lou siéu pichin café en si tubant la premièra cigareta de la journada, tout acò au mitan d’un fum à talhà au coutéu. Fà que toui lu tabaquin si soun sentit persecutat e ben vitou arouinat. D’un temp, l’emplec de tabaquina èra, souventi fès, reservat ai vèuva de guerra. De marridi lenga dihìon que li si poudìa finda trouvà de frema qu’avìon ben servit l’armada… e lu siéu sourdà !

Embé l’interdicioun de tubà, l’idèa era de proutegià aquelu que noun fumon. Mà, couma calìa finda pensà en aquelu paure tabaquin, li an dounat l’autourisacioun de vendre… de preservatiéu ! Mà noun v’enganès, noun soun de preservatiéu especial per li escoundre dintre una cigareta, o per si tapà la testa e noun inalà lou fum ! Soun de preservatiéu nourmal, anavi dire dóu cada jou !

E à l’oura dóu miejou, auderèn bessai : «  Patroun, doui preservatiéu ben fresc ! »    

Tabac et préservatif

Dans quelques mois sera fini le temps où, le matin à la buvette du coin, on pouvait boire son petit café en fumant la première cigarette de la journée, au milieu d’une fumée à tailler au couteau. Ceci fait que tous les patrons de bar-tabac se sont sentis persécutés et bien vite ruinés. Dans le temps, l’emploi de buraliste était souvent réservé aux veuves de guerre. De mauvaises langues disaient que l’on pouvait aussi y rencontrer des femmes qui avaient bien servi l’Armée… et ses soldats !

Avec l’interdiction de fumer, l’idée était de protéger ceux qui ne fument pas. Mais comme il fallait aussi penser à ces pauvres buralistes, on leur a donné l’autorisation de vendre… des préservatifs ! Mais ne vous méprenez pas, ce ne sont pas des préservatifs spéciaux pour y cacher la cigarette ou pour se couvrir la tête et ne pas respirer la fumée. Ce sont des préservatifs normaux, j’allais dire, de chaque jour !

Et à l’heure de midi, on entendra peut-être : « Patron, deux préservatifs bien frais ! »

 


"Paioun-beach"

« Paioun-beach »  

De prouget destartavelat, nautre à Nissa, n’aven counouissut ! La stàtua de mai de trenta metre de aut, ficada soubre la couòla d’en Castéu per saludà lu visitatour de Nissa, la galerìa pertuada souta la mar, lou lonc de la proumenada, de Ferber fin à Rauba-Capéu, per li escoundre li vouòtura, lou metroupoulitan…
Saben pas s’es la descuberta de gravura anciana (doun si pòu veire de batéu que navigon sus lou Paioun) que li a douna l’idèa, mà quauqu « pantaiaire » si soun fica en testa d’alesti una plàia lou lonc dóu Paioun ! Paure Paioun noustral, que despi d’an e d’an l’an souterrat e escoundut, ahùra vouòlon li si bagnà dintre !
Souventi fès, l’aven dich : Nissa es filha dóu Paioun, e sensa la siéu presença, Nissa noun esisterìa. Mà, dins lou Paioun, aven jamai vist que de gari per li denedà. E encara, quoura li a d’aiga ! 
Aloura, marrida coumprensioun dóu prouget que noun serìa qu’una pesquièra « proch » dóu Paioun ? Un desaviamen de l’aiga dóu Var ?
O bessai un acoublamen segret embé Paris, qu’eu a d’aiga mà pas de grava !  

« Paillon-plage »

Des projets « écervelés », nous à Nice, nous en avons connus ! La statue de plus de trente mètres de haut, fichée sur la colline du Château pour saluer les visiteurs de Nice, le tunnel creusé sous la mer, le long de la Promenade des Anglais, de Ferber jusqu’à Rauba Capéu, pour y cacher la circulation, le métro…
Nous ne savons pas si c’est la découverte de gravures anciennes (où l’on peut voir des bateaux qui naviguent sur le Paillon) qui leur a donné l’idée, mais quelques « rêveurs » se sont mis en tête de créer une plage le long du Paillon ! Notre pauvre paillon, que depuis des années et des années, ils ont enterré et caché, maintenant ils veulent s’y baigner !
Souvent nous l’avons dit : Nice est fille du Paillon, et sans sa présence, Nice n’existerait pas. Mais dans le Paillon, nous n’avons jamais vu y nager que des rats. Et encore, lorsqu’il y a de l’eau !
Alors, mauvaise compréhension du projet qui ne serait qu’une piscine « proche » du Paillon ? Une déviation des eaux du Var ? 
Ou peut-être un jumelage secret avec Paris, qui lui a de l’eau mais pas de plage !


Coupa dóu mounde de Foutebal

Nòta pilhadi sus lou moumen... da Raoul NATHIEZ

  - 13 de jun. La França juega contra de la Suissa... Zidane a de gest tecnicou magnificou, ma couma en un film au ralentì... Henry manda  quatre còu lou baloun en lu bras dòu gardian suisse, couma se auguesse vourgut li faire una passa. Vieira sau plus doun es. 0 à 0. Pensi pas que la França vague luen...

  -  14 de jun. La Tunisia mena 1 à 0 contra de l'Arabia. Ma l'Arabia reven 1 à 1. Mai de la mitan de l'equipa si mete en prousternacioun per aremercià Allah... Lu Tunisian qu'an lou meme Dieu si pauvon de questioun metafisiqui. Allah es embarassat, soubretout quoura l'Arabia mena 2 à 1... Aloura, per noun perdre de client en Tunisia fa egalisà. 2 à 2. Urouhamen li a pas de prouloungacioun senoun Allah seria estat propi en lou pastis...

-  18 de jun. Aven pas gagnat la batalha ma aven pas perdut la guerra... 1 à 1 contra la Corée. Pura sente la fin... Ma perqué lou reglamen noun di que si pòu usà de la televisioun per veire se lou baloun es ben rentrat en lou but ? Ensinda Vieira auria augut lou sieu but cuntat e la França auria gagnat 2 à 1 ... Couma va qu'aquelu que menon lou mounde dòu foutebal laisson à un arbitre la respounsabilità de dechidà ? Pura touplen de sòu soun en juèc ! E ben, justamen. Couma li a touplen de pitou, li a touplen de coumbina ; e es pu facil de si croumpà un arbitre que de faussà une image de televisioun. Per ieu toui aquelu que vouolon mantenì la superiourità de l'arbitre sus li image testimoni soun souspet de voulé embrouilhà. L'afaire de la Juventus de Turin es aquì per prouvà que la crompa dei arbitre fa partida... dòu juèc.

-  23 de jun. Cau gagnà au mancou 2 à 0 contra dòu Togo. An gagnat 2 à 0. N'an pas fach de mai contra d'una equipa qu'avia ren à gagnà, qu'era estada cascaiada mé d'istoria de prima qu'avion menaçat de pas jugà, en un mot : una equipa en crisa... Noun siguen tròu dificil ; ma li pas de qué mountà un arc de trioumf. De fach sian passat proch de la vergougna... Ahura cau pensà à l'Espagna e se passan lou tour, caurà s'atacà au Bresil... Anen, ahura pouden estre urous : pouren toujou dire qu'auren  pas perdut contra de mazeta.

-  25 de jun. L'arbitre russou dòu machè entre lou Pourtugal contra de La Oulanda es devengut fouol. A sublat 16 cartèu jaune e 4 cartèu rouge. Li doui equipa an finit à 9 contra 9. Pareisse que lu voulountari de la Crous Rouja eron lest à sautà sus l'arbitre per li levà lou sublet e li passà la camisola de fouorça. Fin finala an laissat courre per evità un embrolh diploumatic mé la Russia que n'auria bessai coupat lou gas. 

- 26 de jun. "Penalti" imaginari e l'Italia va en quart de finala. Es encà un còu lou regnou de l'arbitre souvran.

-  27 de jun. Li a de moumen que sembla que lou debanamen d'un machè es estat escrich à l'avança, couma per un filmè fach per fa batre lou couor. Es estat ensinda contra de L'Espagna: au coumençamen, tout va mau per la França e à la fin tout va ben, mé lou bouquet dòu fuèc d'artifici : lou but de Zidane. Autra remarca : es pas tout de courre couma de cabret, qu'es estat lou cas dei Espagnòu... cau finda avé la malicia qu'es estat lou cas dei Frances. Pensi qu'ahura "lu Blu" perdran contra lou Bresil. Ensinda perdran pas contra lu Aleman, qu'acò mi faria mau de ventre. Ai touort, sessanta an soun passat despì la darnièra guerra... ma es ensinda... ai toujour un gust amar en la bouca.

-  30 de jun. Ai ben augut l'esper que l'Argentina batte lu Aleman. Ailas, 10 minuta avant la fin an egalisat. E cau ben dire qu'ai "tir au but" lu Sud American an pas fach lou pes... Lu Italian, elu, soun passat sensa proublema e cunti sus d'elu per levà l'Alemagna dau mitan. Seria una frapassioun da ieu ? Sembla ben...

-  Proumié de julhet. Mi rendi conte qu'ai ben fach de pas pilhà d'escoumessa e finda qu'ai dich touplen d'esprepau sus de l'equipa de França. (" Pura sente la fin" ai escrich lou 18 de jun.) Ma couma touplen de journalista an fach couma ieu, e pejou encà, ai pas tròu vergougna. En tant lu Frances soun toujou aquì en foutent fouora lou Bresil !!! Cresi ben que se la finala serà un França-Alemagna noun aurai la fouorça de regarjà...Pouodi quand meme pas souvetà que lu Zidane e coumpania perdon contra lou Pourtugal. Paure Pourtugues, lu Aleman, en Alemagna, n'en farion qu'un boucoun.

-  4 de julhet. A Dortmund, quoura lu Aleman avion lou baloun, la maja part de la foga bramava, cridava per encourajà lu sieu jugaire. Era natural, pisqu'eravan en Alemagna... Quoura lu Italian avion lou baloun, la maja part dòu public sublava. Que si pòu bessai acapì, ma qu'era gaire "elegant"... Ma quoura lu Italian Grosso, pi Del Piero, esquasi à la fin, li an plantat doui but, li a coupat lou sublet au public Aleman... Just retour dei cauva !

-  5 de julhet. Apres que Zidane augue batut sus d'un "penalti" aqueu diau (1) de Ricardo, lou gardian pourtugues, tout lou rest dòu machè, s'es passat à empedì lou Pourtugal d'egalisà... M'en sieu fach una foura un'oura ! ( E li avia pas un "Maigret" sus d'una autra cadena per fa passà lou temp pu vitou, en regarjant de tant en tant se li avia quaucaren de cambiat à Munic). Enfin, la França es anada en finala. Contra de l'Italia. Es sìmpaticou de jugà contra lu nouostre vesin. Se la França perde mi remembrerai que siei dei meiu ré paigran e maigrana eron italian... e m'empedisserà pas de durmì. Apres tout es jamai que de juèc de baloun...

(1) Dieu aqueu "diau de Ricardo" perqué contra dei Angles a arestat tres "tir au but" tirat per lu pu bouoi jugaire angles  ! Lou meriti de Zidane es estat gran !

-  9 de julhet. Pensi qu'ai un enclin à trasfourmà de simple ome en ero. Dèu venì qu'en la mieu enfantuègna ai liejut, tout jouve, lu famous pouema d'Homère... Ensinda per Zidane... lou "penalti" marcat au gardien italian es estat un cap d'obra ! E, en aqueu moumen ai denembrat que lu ero noun eron invinchible. Pura toui lu ero grec avion la sieu deblessa : lou taloun d'Achille, la tuniqua d'Hercule qu'aimava tròu li frema, l'ourguelh de Promethée... E cauria ajougne lu nervi de Zidane, pas au moumen de dounà una pouncha-à-pen, ma souta l'injuria, l'insulta. Adieu lou sanc frei legendari per fa front à un narvelous couma Materazzi ! E Zidane aurà finit pas per un còu de testa sus d'un baloun ma per una testada sus d'un pacanart ! Que voulès, lu ome, meme lu ero noun soun sensa deblessa ; es temp de lou redire. Soulet lu Dieu lou soun. E se  voulès rescountrà un Dieu noun es sus d'un terren de foutebal que cau anà cercà.

-  Fin finala, lu Italian an gagnat la Coupa. L'aurion bessai gagnada meme se Zidane auguesse jugat fin à la fin. Lu Italian an meme gagnat la Palmoula ! Que Palmoula ? Ma aquela dòu pais doun le foutebal es lou pu brut, se si pilha en conte l'escandalou que toca lu pu gran clubè ! Se voulès trouvà un luèc doun la Mourala es triounfanta noun es sus d'un terren de foutebal que cau anà si passejà...


"L'Ariana" et "Nissa la Bella"...

Avès dich « L’Ariana » ?  

Paure Janò, lou siéu frigò avìa cridat « Basta ! ». Tout-en-un-còu, s’èra mes à li faire rescaufà la siéu vianda e lu siéu lieume. Mà, couma cadun lou sau, un frigò noun es una couhinièra, e quoura a fach lou siéu temp (de frei), lou cau remplaçà.
Fa que lou nouòstre amic, ben vitou, s’es encaminat da una « grana surfaça » per n’en croumpà un nòu. Embé un venditour urous de faire una bouòna ouperacioun, fan la chausida d’un béu moudel, doui pouòrta, très lume, quatre frei… Lou brave Janò alestisse lou siéu chec, pi ven lou moument de si pilhà l’apoutamen per la liéuresoun…
-       Poudès mi dounà la vouòstra adressa ?
-       Stau carrièra Guiglionda de Santa Agata.
-       Asperas un pau… Acò serìa pas à l’Ariana ?
-       L’avès dich, es à la debuta de l’Ariana !
-       Aloura, Moussu, lou pàti si pòu pas faire : noun fen de liéuresoun à l’Ariana ! Es tròu dangerous ! Ariscon de n’en raubà lou camioun !
-       Mà… Pouòdi pas lou mi camalà sus li espala !
-       Que voulès, nautre, à l’Ariana, noun li anan plus…
Aloura lou Janò s’en es anat, en si demandant se staìa ben en un quartié de la « Bella » Nissa ! 

Vous avez dit « L’Ariane » ?

Pauvre Jeannot, son réfrigérateur avait crié « Assez ! ». D’un seul coup, il s’était mis à faire réchauffer sa viande et ses légumes. Mais comme chacun le sait, un réfrigérateur n’est pas une cuisinière, et lorsqu’il a fait son temps (de froid), il faut le remplacer.
Ceci fait que notre ami, bien vite, était allé dans une « grande surface » pour en acheter un neuf. Avec un vendeur heureux de faire une bonne opération, ils choisissent un beau modèle, deux portes, trois lumières, quatre froids… Le brave Jeannot prépare le chèque, puis vient le moment de prendre le rendez-vous pour la livraison…
-       Pouvez-vous me donner votre adresse ?
-       J’habite rue Guiglionda de Sainte Agathe…
-       Attendez un peu… Ce serait pas à l’Ariane ?
-       C’est vrai, c’est au début de l’Ariane…
-       Alors Monsieur, l’affaire ne peut se faire : nous ne faisons pas de livraison à L’Ariane ! C’est trop dangereux ! Ils risquent de nous voler le camion !
-       Mais… Je ne peux pas le transporter sur mon dos !
-       Que voulez-vous, à l’Ariane, nous n’y allons plus…
Alors Jeannot est parti, en se demandant s’il habitait bien un quartier de « Nissa la Bella »


Pepin e l'estocafic

La semana passada, lou Coumitat per lou Bicentenàri de la naissença de Jòuse Garibaldi s’es alestit una estocaficada per mai de doui milanta de persouna ! Un recor qu’a laissat lu ourganisatour urous mà estraissinat !

Aquel estocafic  n’a remes en ment un’ istòria cuntada da un amic, Nissart de bouòna souca. Era lou temp que, en Vila vielha, s’instalavovon quauqui coumoudità, e soubretout, de « coumun à chassa ». Aquela vesina, que devìa laissà lou siéu estocafic à muèi dins l’aiga, aiga que si déu changià souventi fès, s’èra pantaiat d’emplegà la chassa nova dóu siéu béu coumun. Embé un moucèu de fiéu, avìa estacat lou « bastoun » (l’estocafic) et l’avìa mes damoun, dins l’aiga de la chassa. E de fes que li a, s’en anava tirà la cadena.

Mà, cadun lou sau, aquéu pèi, talamen bouòn quoura es cuèch embé pebroun, toumati e autre budéu, sente lou pouisoun quoura es à muèi ! Fa que, lou lendeman, lu Servici de l’igiene de la Vila vengueron en lou quartié : lu vesin s’èron pensat que li escourilha de la maioun èron tapat !     

Garibaldi et le stockfisch

La semaine dernière, le Comité pour le Bicentenaire de la naissance de Joseph Garibaldi avait préparé un stockfish pour plus de deux milliers de personnes. Un record qui a laissé les organisateurs heureux mais éreintés !

Ce stockfisch nous a rappelé une histoire racontée par un ami, Niçois de bonne souche. C’était l’époque où, en Vieille Ville, on installait quelques commodités, et surtout des toilettes avec chasse. Cette voisine, qui devait laisser tremper son stockfish dans l’eau, une eau qu’il faut changer souvent, s’était imaginé d’utiliser la chasse neuve de ses belles toilettes. Avec un morceau de ficelle, elle avait attaché le « bâton » (le stockfish) et l’avait mis, en haut, dans l’eau de la chasse. Et de temps en temps, elle allait tirer la chaîne.

Mais chacun sait que ce poisson, tellement bon lorsqu’il est cuisiné avec des tomates, des poivrons et autres boyaux, sent l’infection lorsqu’il trempe. Ceci fait que le lendemain, les Services de l’Hygiène de la Ville arrivèrent dans le quartier : les voisins avaient pensé que les égouts de la maison étaient bouchés !

 


Istòria de fouòl

D’aquéu viage, avìa mancat de nen poudé revenì ! Figuras-vous qu’aquéu sera, estrassinat da la longa semana de descuberta de la L…a, un pais cremat dau souléu, avìa pilhat lou camin dóu retour. Eu e lu siéu amic dóu group de tourista, sempre surveiat da doui poulicié despi la debuta dóu viage, si presenton de sera à la frountiera per s’en recampaà à maioun.
-       Vous, noun poudès v’en anà ! Poudès pas sourtì, perqué siès pas ientrat ! 
Avès tout acapit : à la debuta dóu viage, avìon denembrat de metre, sus lou siéu passapouòrt lou boul d’intrada ! 
-       Vouòli ren saupre : per iéu, siès pas aquì ! Se voulès, poudès v’en tourna mai à la vila d’intrada e revendrès embé lou boul . E aloura, vous laisserai sourtì !
Tout acò, un dimènegue, embé un viage de mai de très cent kiloumetre e un ambassadour qu’en s’en èra anat à la pesca !
Fin finala, lou group a laissat lou malerous que s’es pilhat un taxi. E s’es mai fach lou camin de crous à l’envès…
Doun s’en va passejà l’an que ven, en viage ourganisat ? A Blausasc !
(Cuntat dai amic Carmena e Jan)  

Histoire de fou

De ce voyage, il avait failli ne pas en revenir ! Figurez-vous que ce soir-là, éreinté par une longue semaine de découverte de la L…ie, un pays brûlé par le soleil, il avait pris le chemin du retour. Lui et ses amis du groupe de touristes, toujours surveillés par deux policiers depuis le début du voyage, se présentent le soir à la frontière pour rentrer chez eux.
-       Vous, vous ne pouvez pas partir ! Vous ne pouvez pas sortir, parce que vous n’êtes pas entré !
Vous avez tout compris : au début du voyage, ils avaient oublié de mettre, sur son passeport, le tampon d’entrée !
-       Je ne veux pas savoir : pour moi, vous n’êtes pas là ! Si vous voulez, vous pouvez retourner à la ville d’entrée et revenir avec le tampon. Et alors je vous laisserai sortir !
Tout cela, un dimanche, avec un voyage de plus de trois cents kilomètres et un ambassadeur qui était parti à la pêche.
A la fin, le groupe a laissé le malheureux qui a pris un taxi. Et il a refait le chemin de croix à l’envers…
Où part-il l’an prochain, en voyage organisé ? A Blausasc !
(Rapporté par les amis Carmen et Jean)    


L’afaire « clic’strilh »  

Si sau, despì de sècoulou, que per levà li pichini rementa que venon si ficà tra lu pel, li cau una bouòna estrilhada. De cau que li a, es pas un prefach tant aisat da menà : « Un cavau rougnous noun si vòu laissà estrilhà ». Mà, de rasoun sanitari fan, souventi fès, d’aquéu trampin una nechessità. E si sau finda que de bestia amigui, fouguesson « d’amic de trent’an », quoura si barselon, lou diciounari n’en di que s’estrilhon. Lu arma emplegadi aloura dai aversari noun soun limitadi ai brossa à estrilhà, de brossa duri que fan mau ! E soubretout, quoura aqueli bravi bestia soun de la mema clica ! En aqueli situacioun que pourrìon nen faire souguignà, emparan que soun meme estat emplegat de couòrp, brave aucelas qu’an ren demandat en degun e que s’atrovon acusat. La cigogna, blanca, ti pouòrta à maioun lou tiéu bambin, lou rigau, piech rous, ti canta la prima : lou paure courpatas, qu’es negre, es devengut messagié de l’acusacioun e de la garouilha. « Es lou couòrp qu’a destanat aquel escàndalou ! Es éu qu’es à la debuta d’aquéu veritable terremot… »

Paura bestia, qu’ela finda si fa estrilha au mitan d’aquela clica !  

L’affaire « Etrille-clan »

On sait, depuis des siècles, que pour enlever les petites saletés qui viennent se nicher entre les poils, il faut une bonne « étrillée ». Parfois, ce n’est pas un travail facile à faire : « Un cheval galeux ne veut pas se laisser étriller ». Mais des raisons sanitaires font souvent, de ce dur travail, une nécessité. Et l’on sait aussi que des bêtes amies, fussent-elles des amies de trente ans, lorsqu’elles se battent, le dictionnaire nous dit qu’elles s’étrillent. Les armes employées alors par les adversaires ne sont pas limitées aux brosses à étriller, grosses brosses dures qui font mal. Et surtout lorsque ces braves bêtes sont du même clan. Et dans ces situations qui pourraient nous faire sourire, nous apprenons qu’ont même été employés des corbeaux, braves oiseaux qui n’ont rien demandé à personne et qui se trouvent accusés. La cigogne, blanche, t’apporte ton bébé à la maison, le rouge-gorge à la poitrine rouge, te chante le printemps : le pauvre corbeau, qui est noir, est devenu le messager de l’accusation et de la dispute. « C’est le corbeau qui a déniché ce scandale. C’est lui qui est au départ de ce véritable tremblement de terre… »

Pauvre bête qui, elle aussi est étrillée au milieu de cette clique !


Aquelu qu’an ren da gratà  

Li a gaire un crounicour "sapient" d'una ràdio naciounala s'es oufuscat que sigue estat dich que "des dindes avaient été euthanasiées". E de coupà lu chivus en quatre e li niera en tres, per esplicà que l'eutanasia noun poudia estre reservada qu'ai uman e patatì e patatà, e que de tout caire li dinda tuadi eron en bouona sanità e que lou mot noun poudia estre emplegat que per lou cas que si metesse fin à la vida d'una dinda malauta. Qu pòu estre interessat per aquela countesta sus un mot, aloura que lou drama d'aquela pesta aviara es en toui lu ment ?

Pu pau impourtant, ma moustrant una voulountà de critica de marrida fet, l'esquasi proucès fach en un qu'avia marcat en una receta de pissaladiera : "espantegas d'ouliva". Pura, per aqueu mot, lou Castelana douna : "disséminer, parsemer, éparpiller". Prova que si pòu dire espantegà d'ouliva; prova finda que lou mot es putò imprechis perqué vòu finda dire : " se répandre ou s'écouler". Lou criticaire a aloura trouvat aquest'argumen : noun cau si fidà ai diciounari ; la lenga noun dèu s'emparà à còu de diciounari ! E per moustrà que espantegà noun es lou bouon mot per l'acioun de metre d'ouliva sus una pissaladiera lou criticaire à dounat una citacioun : " Lou vin espantegat es d'un bouon prounoustic" (Rosalinde Rancher) . E sabès doun es anat trouvà la citacioun  ? En lou diciounari "Le Trésor du Félibrige" de F. Mistral, page 1022 du tome I !

An ren da faire que de si gratà aquelu denigraire ? E ieu que passi de temp à parlà d'elu, ai ren d'autre da faire? Aurihi pu ben fach, bessai, de la plantà.


Istòria de tram… encara !

L’aven emparat quauque jou fà : lou travalh per pauvà la via dóu tram s’es entamenat dai doui coustà de la ligna. Lu respounsable an fach saudà lu premié tros de rai à Gorbella mà finda à Sant Roc. Acò n’a fach remembrà la coustrucioun, en America, de la ligna dei doui oucheànou, per religà lou Pacific à l’Atlànticou. En lou 1862, doui coumpagnìa, " L’union Pacific " e " La Central Pacific " s’aganton lou prefach, e s’encaminon, caduna dau siéu cousta. Lu quatorze mile ome emplegat si faran la coursa mentre lu set an que si debanera lou travalh, vist que lou pati es la gestioun de la partida cuberta e alestida fin au pounch de counjoungimen. Lou 10 de mai dóu 1869, lu doui president si rescontron proch dóu " Grand lac Salé ". L’istoria a retengut que cada coumpagnìa avìa emplegat toui lu mèsou per encaminà la via mai vitou que l’autra, mà finda sourtit touti li bota per chapinà l’obra dóu councurrent.

   

E nautre, qu’aven en ment l’istòria d’aquelu " Rai en la praterìa " e dóu siéu vaquié soulitari que s’en va soulet, de sera…, nautre si sien pantaiat d’un alestimen dóu trambalan de Nissa que si serìa debanat de la mema manièra…  

La coumissioun munichipala aurìa fach la chausida de doui coumpagnìa. Lou tourna-conta aurìa estat evident : minga coumbinacioun per n’en favourisà una souleta, minga Jùda per ti faire la fourca da darrié !

E pi, una coursa per saupre qu n’en sauderìa lou demai, d’aquelu rai ! De centenau de prefachié sus lu chantié, magara de Poulounès o de Chinès.  

E lou jou dóu rescontre, embé de carcul ben fach fin que lu rai sigon ben de faça, noun restava plus au Consou de Nissa que de ficà un clavéu d’or couma per lou camin de ferrre american o putò de fa faire una saudadura embé de poudra d’or.  

Mà tout acò n’èra qu’un pantai, meme se lou mestre d’obra dóu camin de ferre american si sounava… Judah !

   Histoire de tram… encore !  

Nous l’avons appris voici quelques jours : le travail pour poser la voie du tram a débuté des deux côtés de la ligne. Les responsables ont fait souder les premiers morceaux de rail à Gorbella mais aussi à Saint Roch. Ceci nous a rappelé la construction, aux Etats-unis, de la ligne des deux océans pour relier le Pacifique à l’Atlantique. En 1862, deux compagnies, l’Union Pacific et la Central Pacific se chargent du chantier et se mettent au travail, chacune de son côté. Les quatorze milles hommes employés se feront la course pendant les sept ans que durera le travail, car l’accord prévoit la gestion de la partie couverte et réalisée jusqu’au point de rencontre. Le 10 mai 1869, les deux présidents se rencontrent près du Grand Lac Salé. L’histoire a retenu que chaque compagnie avait employé tous les moyens pour aller plus vite que l’autre, mais aussi utilisé tous les coups pour saboter le travail du concurrent.  

Et nous qui avons en mémoire l’histoire de ces " Rails dans la prairie " et de son cow-boy solitaire qui s’en va, seul…, nous, nous avons rêvé d’un chantier du tramway de Nice qui se serait déroulé de la même manière…  

La commission municipale aurait fait le choix de deux compagnies. L’avantage aurait été évident : aucune manigance pour n’en favoriser qu’une, aucun Judas pour trahir !  

Et puis, une course pour savoir qui en souderait le plus, de ces rails ! Des centaines d’ouvriers sur le chantier, peut-être même des Polonais ou des Chinois.  

Et le jour de la rencontre, avec des calculs bien faits pour que les rails soient en face les uns des autres, il ne restait plus au Maire de Nice qu’à planter un clou d’or comme pour le chemin de fer américain, ou plutôt de faire réaliser une soudure à la poudre d’or.  

Mais tout ceci n’était qu’un rêve, même si le créateur du chemin de fer américain s’appelait Judah !  

 

 


Istòria de gari !

D’acòrdi, èra bessai pas lou moumen de s’en calà en Vila Vielha per anà à la cassa ai gari ! D’acòrdi, èra bessai pas lou metodou que de si pilhà una pala per anà sagatà un gari, meme se aquéu gari èra autant gros qu’un catas !

  Li sian un mouloun per si pensà que lou Consou de la cinquiema vila de França déu avé d’autre prefach e d’autre cruci, soubretout lou Consou de Nissa. E soubretout, que déu emplegà lu siéu servici per faire esecutà li diretiva.  

   

Mà l’Istòria n’a emparat que, souventi fès, li cau un fach sourprenent, que marca lou ment e la reflessioun dei gent, per fin qu’un proublema augue una debuta de soulucioun.

  Toui lu Nissart soun d’acòrdi per dire que lou netegiamen de la siéu vila si pourrìa estre meliourat. D’aquì, d’ailà, de pichin mouloun de rementa asperon quauqui fès doui o tres jou que quauqu’un li vengue pilhà. Da segur, li soun de rançous e de brutesc que ti mandon tout en terra, papié gras e autri soubrìa. La Vila Vielha, que d’estié vé s’abriva d’estrop de visitatour, deven lou garda-mangià dei gari que li trovon tout cen que li cau per devenì ben grassot ! Aloura, lou proublema de l’igiene pùblicou es encara un còu pauvat.

  E bessai que li a caugut un còu de pala per lou nen remetre en ment !

  Per lu nouòstre letour, voulen li emparà un fach que s’es debanat à la debuta dóu sècoulou passat, ben luèn dóu nouòstre pais : en China !

  Li Autourità si desperavon de veire li coultivacioun arouinadi dai passeroun. Aloura dechideron un béu jou de faire despareisse aquela raça d’auceloun. Au jou dechidat, à l’oura chausida, de milanta e de milanta de paisan chinès s’escounderon au mitan dei camp de gran, codou en man e en li pocha. Au signau, de milioun de peiras escasseron de milioun de passeroun !

  Si di, qu’aloura, lu Chinès pousquèron manjà lou siéu gran.

  Histoire de rat !

  D’accord, ce n’était peut-être pas le moment de descendre dans la Vieux Nice pour aller à la chasse aux rats ! D’accord, ce n’était peut-être pas la méthode que de prendre une pelle pour aller saigner un rat, même si ce rat était aussi gros qu’un chat !

  Nous sommes plusieurs à penser que le Maire de la cinquième ville de France doit avoir d’autres chantiers et d’autres préoccupations, plus particulièrement le Maire de Nice. Et que surtout, il se doit d’employer ses services pour faire exécuter ses directives.

  Mais l’Histoire nous a appris que souvent il faut un événement surprenant, qui marque l’esprit et la réflexion des gens ; pour qu’un problème ait un début de solution.

  Tous les Niçois sont d’accord pour dire que le nettoiement de leur ville pourrait être amélioré. D’ici, de là, de petits tas d’immondices attendent parfois deux ou trois jours pour que quelqu’un vienne les ramasser. Bien sur, il y a des crasseux et des mal élevés qui jettent tout par terre, papiers gras et autres restes de repas. Le Vieux Nice, qui l’été voit arriver des troupeaux de visiteurs devient le garde manger des rats qui y trouvent tout ce qui leur est nécessaire pour devenir bien grassouillets.

  Alors, le problème de l’hygiène publique est encore une fois posé.

  Et, peut-être, a t-il fallu un coup de pelle pour nous le remettre en tête !

  Pour nos lecteurs, nous voulons leur apprendre un fait qui s’est passé au début du siècle précédent, loin de chez nous, en Chine !

  Les Autorités se désespéraient de voir les cultures ruinées par les moineaux. Elles décidèrent alors, un beau jour, de faire disparaître cette race d’oiseau. Au jour décidé, à l’heure choisie, des milliers et des milliers de paysans se cachèrent au milieu des champs de blé, des pierres à la main et dans les poches. Au signal, des millions de pierres écrasèrent des millions de moineaux.

  On dit qu’alors les Chinois purent manger leur blé.


Aven reçauput de l’amic Raoul Nathiez aqueli quauqui rega que n’en parlon d’un marrit pantai…

Lou tram e la Pandecousta

Noun vi vouòli enganà. Fouguet un marrit pantai.

Finda, lou journal, mé lou sieu titre « Anà de l’avant o tapà mai lu trauc », m’avìa treboulat. Sus d’acò es venguda la querela sus dòu dilun de Pendecousta, campò o pas campò. Li doui si soun mesclat en la mieu testa e mi sieu pantaiat que lou mera de Nissa avìa dechidat de requisì la poupulacioun per tapà lu trauc dòu chantié dòu tram en aproufitant dòu dilun de Pendecousta. Ieu dihìi : « Ahura sieu tròu vielh per manejà la pala. »

 

- Fa ren, mi respoundìa un emplegat de la Merìa escourtat da doui poulicié munichipal, farès lou contra-mestre. Soun lu ome e li frema de seze à cinquanta-cinq an que van boutà terra, arena e grava en lu trauc.

- Ma li a pas de grossi pala mecànica per aqueu travalh ? bramavon li gent menat esquasi de fouòrça sus lou chantié.

- Eh noun ! Lu ouvrié si soun mes en grèva ! Demandon lou respet d’aquela Santa Journada e, prega-Dieu o noun, soun partit en familha per un pelegrinage à Laghet per demandà à la bouòna Vierge que lou tram revengue un jour à Nissa. Meme lu oubrié de la CGT soun estat d’acordi e soun partit embé lu autre.

Mi dirès qu’en audent acò aurìa deugut m’enavisà que pantaiàvi. Ma noun, eri ensucat, cau creire.

Aloura mi sieu retrouvat en un fournigamen de foga que lançava toui lu bregai en lu trauc. Lu pu gros e lu mai peant dei requist pistavon la terra per que tout sigue ben plat. « Pistas ! Pistas ! cridavi, senoun esta nuèch noun pouran metre lou quitran ! »

Un pau pu luen de doun eri, lou mieu regart fouguet intrigat da un mouvimen de foga menat da un preire e quatre ome que pourtavon sus li espala un atahut. M’apresseri e empareri que moussù lou Mera avìa acourdat lou souterramen da gratis en li tranchèa dòu tram en toui lu paure malurous eremista, mouòrt despì lou divendre d’avant. L’ atahut fouguet lançat en un trauc, pi sus lou còu recubert de terra. « Pistas ! Pistas ! cridavi, que lou mouòrt pouòsque repauvà en pas ! »

En aqueu moumen, un rafataia de mainau si metet à plantà de flour sus la toumba. Eron lu escoulan d’una escola materna d’en Cimiès que la sieu diretriça avìa dounat l’ordre ai pichoui d’arancà lu massoun de flour dòu jardin dòu Mounasteri fin de li calà en vila per flourì li toumba dei malurous.

Pi la nuèch era esquasi calada. A pau, à pau, la foga s’era espantegada e tout, ô miracle ! era retapat ! Restava à enquitranà. Aloura ai vist arribà, cantant l’aria dei Esclau dòu Nabucco de Verdi, lu presounié que lou Mera de Nissa avìa augut la permissioun dau ministre de l’Interiour de li fa sourtì per una nuèch e acò per ajudà à l’enquitranage. Souta survelhança dei pouliça munichipala e naciounala toui lu pensiounari dai presoun si meteron au travalh, segoundat, cau lou dire, dai ouvrié qu’avion voutat la repilhada dòu travalh.

En testa dei presounié, dounant d’ordre e de counsèu, ai recounouissut un d’aquelu que s’eron fa foutre en tola per avé toucat de pitou souta-taula. Per si redimà aquest’ome menava li ouperacioun per finìde tapà en un jour e una nuèch lu trauc qu’avìa mes d’an à faire cavà. Aloura, mi sieu mes à cridà : « Ma, es moussù… » Ma lou mieu crit m’a esvilhat.

- Plante-la m’a dich la mieu frema. La nuèch es facha per durmì.

- As rasoun, li ai respoundut.

Ma, la nuèch es finda facha per pensà, mi sieu pensat.

Le tram et la Pentecôte

Je ne veux pas vous tromper. Ce fut un cauchemar.

Il est vrai que le journal, avec son titre : « Continuer ou tout reboucher », m’avait troublé. Sur ces entrefaites survient la querelle sur le lundi de Pentecôte, férié ou pas férié. Les deux événements se sont mêlés dans ma tête et j’ai rêvé que le maire de Nice avait décidé de réquisitionner la population pour boucher les trous du chantier du tramway, en profitant du lundi de Pentecôte. Moi, je disais : « A présent je suis trop âgé pour manier la pelle. »

- Ça ne fait rien, me répondait un employé de la Mairie escorté par deux policiers municipaux, vous serez contre-maître. Ce sont les hommes et les femmes de seize à cinquante-cinq ans qui vont pousser la terre, le sable et les graviers dans les trous.

- Mais il n’y a pas les grosses pelles mécaniques pour ce travail ? protestaient ceux qui avaient été conduits presque de force sur le chantier.

- Eh non ! Les ouvriers se sont mis en grève ! Ils demandent le respect de cette Sainte Journée et, croyants ou non, ils sont partis en famille pour un pèlerinage à Laghet pour demander à la bonne Vierge qu’un jour le tramway revienne à Nice. Même les ouvriers de la CGT ont été d’accord et ils sont partis avec les autres.

Vous me direz qu’en entendant cela j’aurais dû me rendre compte que je rêvais. Mais non, il faut croire que je dormais lourdement.

Alors je me suis trouvé parmi un fourmillement de foule qui jetait tous les déblais dans les trous. « Piétinez ! Piétinez ! criais-je, sinon cette nuit ils ne pourront pas couler le goudron. »

Un peu plus loin de moi, mon regard fut intrigué par un mouvement de foule conduit par un prêtre et quatre hommes qui portaient sur leurs épaules un cercueil. Je m’approchai et j’appris que monsieur le Maire avait accordé l’enterrement gratuit dans les tranchées du tramway à tous les déshérités, bénéficiaires du RMI, morts depuis le vendredi précédent. Le cercueil fut jeté dans un trou, puis, aussitôt, recouvert de terre. « Piétinez ! Piétinez ! criais-je, afin que le mort puisse reposer en paix. »

A ce moment-là, une bande de petits enfants se mit à planter des fleurs sur la tombe. C’était les écoliers d’une école maternelle de Cimiez dont la directrice avait donné l’ordre aux élèves d’arracher les massifs de fleurs du jardin du Monastère afin de les descendre en ville pour fleurir les tombes des pauvres.

Ensuite la nuit était presque tombée. Peu à peu la foule s’était dispersée et tout, ô miracle, était rebouché. Il restait à goudronner.

Alors j’ai vu arriver, chantant l’air des Esclaves du Nabucco de Verdi, les prisonniers que le Maire de Nice avait eu la permission, du ministre de l’Intérieur, de faire sortir pour une nuit, afin d’aider au goudronnage. Sous surveillance des polices municipale et nationale tous les pensionnaires des prisons se mirent au travail, secondés, il faut le dire, par les ouvriers qui avaient voté la reprise du travail.

A la tête des prisonniers, donnant des ordres et des conseils j’ai reconnu un de ceux qui s’étaient fait jeter en tôle pour avoir touché des sous, sous une table. Pour se racheter, cet homme conduisait les opérations afin d’achever de boucher en un jour et une nuit les trous qu’il avait mis des années à faire creuser. Alors je me suis mis à crier : « Mais, c’est monsieur… » Mais mon cri m’a réveillé.

- Tais-toi, m’a dit ma femme. La nuit c’est fait pour dormir.

-Tu as raison, lui ai-je répondu.

Mais, la nuit est aussi faite pour penser, j’ai pensé.    


Lou pichin mounde de Jan Damiano, 100e

Lou noumbre cent a sempre augut una plaça especiala dins l’istòria e dins lou ment dei gent. Qu noun a emparat embé amiracioun que la siéu vesina èra devenguda centenari ? Quoura aven menat la nouòstra premièra autoumoubila, lou « cent-à -l’oura » — que l’aven jamai agantat- n’en semblava la vitessa d’un oubus. Avès parlat d’una guerra que l’a menada longa ? Era, da segur la Guerra de Cent an. E quoura vi siès endralhat sus d’aquéu camin doun erès passat mai d’un còu, v’ai audit dire : « Aquì, li siéu passat cent còu ! ». Si pòu meme emparà qu’aquéu escapùchou avìa fach lu « quatre cent còu ».

 

Es bessai per acò que lou « Mot d’Aqui » d’ancuèi pilha una plaça particuliera : es lou centième dessegn dóu « Pichin mounde de Jan Damiano ».

Quoura ai encountrat Jan Damiano à Béuleuc, per un’espousicioun dei siéu tabléu, m’èri jà pilhat lou prefach de « Mot d’Aqui » despi quauque temp. Jan sabìa cen que fahìi à Nissa-Matin – e finda au Sourgentin – e ièu, avìi amirat lou siéu gaubi. Fa que, quoura li ai proupausat de venì m’ajudà per « Mot d’Aqui », aquéu brave enfant es estat de pàti sus lou còu.

E despi d’aquéu jou, testou e dessegn s’encaminon ensen, per lou plesì dei letour ! Jan e Rougié pedalon tout ai doui sus lou meme tandem ! An fach « cent borna » !

Le nombre cent a toujours eu une place spéciale dans l’histoire et dans l’esprit des gens. Qui n’a pas appris avec plaisir que sa voisine était devenue centenaire ? Lorsque nous avons conduit notre première voiture, le cent-à-l’heure – que nous n’avons jamais atteint – nous semblait la vitesse d’un obus. Vous avez parlé d’une guerre qui a duré longtemps ? C’était, très certainement, la Guerre de Cent ans. Et lorsque vous avez emprunté ce chemin où vous étiez passé plus d’une fois, je vous ai entendu dire : « Ici, j’y suis passé cent fois ! » On peut même apprendre que ce truand avait fait les « quatre cents coups ».

C’est pour ça que le « Mot d’Aqui » d’aujourd’hui prend une place particulière : c’est le centième dessin du « Petit monde de Jean Damiano ».

Lorsque j’ai rencontré Jean Damiano à Beaulieu, pour une exposition de ses tableaux, j’avais déjà pris la charge de « Mot d’Aqui » depuis quelque temps. Jean savait ce que je faisais à Nice Matin — et aussi au Sourgentin – et moi, j’avais admiré son savoir faire. Ceci fait que, lorsque je lui ai proposé de venir m’aider pour « Mot d’Aqui », ce brave garçon a été d’accord immédiatement.

Et depuis ce jour, textes et dessins avancent ensemble, pour le plaisir des lecteurs ! Jean et Roger pédalent tous les deux sur le même tandem. Ils ont fait « cent bornes » !

 


   

Lou tram e la courrièra

Li soun una mànega de vila que lou tram s’encamina tra li sieu carrièra. E li soun finda una manega de tram que si soun mes en pana, arrestat au béu mitan, lu viagiatour oubligiat de s’en partì à pen… Mà, bessai, couma dins l’istòria de J.-L. Moriano, aquéu paure trambalan, l’an poussat ? Vai-ti-saupre !
" Quoura lu siéu enfant Titou e Pepin soun revengut de la guerra dóu quatorze, Fina a vourgut qu’anesson à Laghet. Calìa pilhà lu bilhet en plaça San Francès de doun partìa la courrièra.
Titou s’apressa, liege e ven devers Pepin :
- Li a tres près. En premiera : quatre lira. En segounda : tres e mieja. En tersa : tres lira. Que pilhan ?
Pepin carcula un moumen, pi di :
- Sian jouve. Poudèn suportà lou viage. Anen en tersa classa.
Au moumen de partì, lou couchié crida :
- Mountas e assetas-vi.
Cadun mounta e s’asseta. Li doui belli dama que an un bilhet de premiera soun ne pu mau ne pu ben que Titou e Pepin. E Moussu Barale que a una segounda es parié. Pepin si ri da soulet :
- Vèhes, Titou, en la vida cau estre malignous. Aven pagat que tres lira e sian assetat couma lu autre…
S’escoumpassa la Capela de Bouòn Viage, au pichin trot, la Ternità au pas e si pilha lou camin de Laghet… Mà, quoura s’ataca la puada, lu cavau, sensa que degun digue ren, s’arreston. E lou couchié si vira :
- Li " tersa ", calas e poussas. Li " segounda ", calas e caminas à pen. Li " premiera " estès assetat !
Pepin a pas dubert la bouca. Cala sensa regarjà Titou… esi mete da poussà ! "

Le tram et la diligence

Il existe une poignée de villes où le tramway circule dans les rues. Et il existe aussi une poignée de tramways qui sont tombés en panne, arrêtés en plein milieu, les voyageurs obligés de partir à pied… Mais peut-être, comme dans l’histoire de J.-L. Moriano, l’ont-ils poussé, ce pauvre tram ? Va savoir !
" Lorsque ses enfants Titou et Pepin sont revenus de la guerre de 1914, Fina a voulu qu’ils aillent à Laghet. Il fallait prendre les billets à la place Saint-François d’où partait la diligence.
Titou s’approche, lit et revient vers Pepin
- Il y a trois prix. En première : quatre francs, en seconde trois-cinquante et en troisième trois francs. Que prend-on ?
Pepin réfléchit un moment, puis dit :
- Nous sommes jeunes. Nous pouvons supporter le voyage. Allons en troisième.
Au moment de partir, le cocher crie :
- Montez et asseyez-vous.
Chacun monte et s’assied. Les deux belles dames qui ont un billet de première ne sont ni mieux ni plus mal installées que Titou et Pepin. Et monsieur Barale qui a une seconde est comme eux. Pepin rit tout seul :
- Tu vois, Titou, dans la vie il faut être malin. Nous n’avons payé que trois francs et nous sommes assis comme les autres…
On dépasse la chapelle de Bon-Voyage au petit trot, la Trinité au pas et on prend le chemin de Laghet… Mais, lorsqu’on attaque la montée, sans que personne ne leur dise rien, les chevaux s’arrêtent. Et le cocher se retourne :
- Les " troisième ", descendez et poussez. Les " seconde ", descendez et marchez à pied. Les " premières ", restez assis !
Pepin n’a pas ouvert la bouche. Il descend… et se met à pousser ! "


L'aigre dous

Faire de lista

Plagni aqueu que, davant d’une assemblada, es coustrech d’aremercià " li persounalità " que soun vengudi l’escoutà e lou soustenì…
- Teni à dire un gran mercì à moussù Barbajouan, president dòu Coumità de Desfensa dei Jugaire de Quilha, à madama Barbalucou que representa moussù Barbantoni president dei Tiraire de Merilhoun de Pèssegue…
S’atrova toujour un moussù Barbarous per rougnà, embé rasoun, èu qu’es estat en plan, èu qu’a counsacrat una part de la sieu vida couma Secretari General dei Pintagabia.
Reven au meme quoura, sourtent un libre, un autour si lança à lou dedicà, per coumençà en d’aquelu que soun mouort. Aquì, si pòu estaire sensa tròu de soucì, lu mouort oublidat noun venent de nuèch tirà l’autour per lu pen. Encà que…
Ma la fachenda deven pu perilhouha quoura s’agisse dei vieu. En aqueu cas toui lu dangié soun poussible que van dau simple pougnoun en una counversacioun (" Es una vergougna de v’avé pas marcat… " E après lou bousin courre e si desfoulopa couma un lapin), fin à una letra ben granada m’un mouloun de pounch sus lu " i ".
En lu doui cas l’autour de la lista pourà toujour s’en sourtì en dihent : " L’ai pas fach espressi ". Ma se a augut l’imprudença e l’impudença de denembrà quauque mouort impourtant o de vieu que tout lou mounde n’en recounouisse lou meriti, aloura si dirà, souventi fes embé justicia, que lu òublidat noun eron de la mema coumbricoula que l’autour. E qu’es per acò que soun pas sus la lista.
Nautre, rasounable, pilhan la resoulucioun, se per cas n’arribesse, de faire bus de creire que lou fabrejaire de lista, qu’a laisssat tant de trauc, l’a pas fach espressi.
NB Touta semblença embé de fach ver es poussibla.

Raoul NATHIEZ, dans l'Aigre-dous d'avril 2004


TOUI DE ROBOT…

Vist diménegue passat...
Eri counvidat da la tanta Emilia. Aquela brava frema està en vila, juste en faça d’un tabaquié. Vist dau barcoun, que cinema ! 
Can de cou soun aribat de chare que fahion de mùsica mai fouorta qu’aquela dei cari de carneval ! En mai d’aco, minga plaça per estaciounà davan ? E aloura ? Au mitan ! En doubla fila, en tripla meme ; meme se de cou doui beli plaça si laissàvon veire à un’isoula (un pâté) de maioun. D’ambulança, de car que pourion estre genat ? Noun s’anen cercà de niera !
Après, cau faire la couha au defouora (es diménegue : li a trou de pràtiga). Que faire d’aquèu tems ? Asperà que vengue lou sièu tourn ? Noun, sourti lou tirafounin (portable) e lou si ficà à l’aurilha : en la couha una manada de mutant, me la sièu aurilha de coulou. Touplen pàrlon, ma jamai entre d’ulu.
En sourtent dou masaguin, vitou vitou una cigareta : hop ! lou papié dou paquete da perterra ! Lou "Femina" de Nissa-Matin ? Pas per lu ver mascle de la nouostra raça : via ! au marchapen (trottoir) ! Mancou au canalet (caniveau). Ma si garden lou suplement esportièu, que nautre sien de bulou ! 
E per s’enanà ? Lou chare demàra, en un gran fracas, sensa parpelan (clignotant) e la mùsica à si faire petà l’audioun (tympan).
Ma qu a parlat de civilisacioun ? Avé passat doui mile an d’istoria per veire toui aqulu robote toui vestit de la mema maniera, plen de minga cas (de m’en foutisme), faire toui lou meme bacan, lu meme geste, la mema brutissia ? Ma qu a fourmatat de jouve per li fà coumencà la vida ensinda ? Ma qu sierve ahura de moudel ?
E encà, ièu lou v’ai cuentat à la mièu moda. Siguesse estat da Commencini o da Tati, paure de nautre !

AI  JAMAI REN CAPIT…

Escouti la ràdio… De cou mi dèvi pessugà : mi demàndi se ai ben audit o se m’en vàu en champenela. O aloura se capissi jamai ren.
8 oura de sera : Si tràta que de l’alcolou au tournadou (volant) : una vera droga. Mèfi : d’aqui en avan, countroli dapertout, à cada oura dou jou o de la nuech ! Toulerensa zérou per lu suça-gotou, lu choucatoun de touta raça, de toui lu age.
8 oura de matin , l’endeman:_
De nuech (lou si saupren pù tardi : escasi d’escoundilhoun) l’Assemblada douna tournamai l’autourisacioun de faire lou lambiquié (bouilleur de cru) : bàsta juste d’avé un plantié (verger). D’acordi es pas toute lou mounde ma fa pura de milioun de gens…
Debuta dou mes : 
Lou President de la Repùblica nen tira una lagrima ma finda una boufada d’esper : la lucha countra lou marit mau (cancer) serà lou sièu fastidi numero un, la sièu priourità.
Mitan dou mes : 
La sièu majouransa restabelisse lou "privilege" - aquèu de privilege ! Un privilege que cadun lou saup vous douna lou marit mau de la bouca, e la gargamela, de l’estomegue.
Una semana : 
"Per empedi li gens de s’empouisounà anen aumentà li tassa sus lou tabac. La sanità pùblica dèu estre la nouostra dralha ! Lou pres dei pouisoun dèu estre una barriera."
Una semana pu tardi :
 "Aures lou drech de vous lambicà (distiller) des litre de branda e de vous faire petà la mitan dei tassa. "
E sensa parlà sus un périodou lonc (sur le long terme)…
Dou tems dou coulege :
 "Ensinda aquèu privilege s’ esvanirà da soulet en quaucu desenau d’an e pilherà fin après dou 2 000 coura lu darié lambiquié s’enaneran siervi la branda à Chiqueta. La França serà desbarassada d’una bela vergougna"
Dou tems de la jubilacioun 
(retraite) : "Anas-li, gens de la campagna, qu’aves doui cerieié, doui prunié, anas-li. Au noum dou teraire, dei tradicioun, lambiquié de touti li regioun, multiplicas-vous, pourtas un brinde à la lei nova!". Un brinde à Chiqueta ?
Ma, ai passat touta la vida sensa jamai ren capi ?…

LA FESTA DAR POM FLOIT E DE IS REISSES

Si vous saisissez le peillasc vous aurez compris : Peille a renoué avec sa très originale tradition du début de l’an.
Au cours d’un récent article publié ici même en février 2 002 je faisais part de mon regret de ne jamais avoir connu la Fête de la Pomme Fleurie de Peille. J’ai maintenant découvert cette manifestation pleine d’amitié.
En ce lumineux dimanche 5 janvier la route depuis Nice m’avait déjà ébloui avec d’un côté la Corse posée sur l’horizon, de l’autre le Mercantour scintillant de blancheur. 
Peille bruissait de voix d’enfants : le président du Comité des Traditions et des Fêtes -et enseignant, Marc Olivieri, et ses collaborateurs avaient donné rendez-vous aux tout jeunes pour de gais préparatifs : les écoliers revêtaient de riches atours, se transformant en rois mages et escorte. Car, excellente idée, la communauté villageoise était conviée à la réunion de deux fêtes. Mais pour ces jeunes rois, pas d’or, de myrrhe, d’encens. Non, des paniers de quelque chose de joli et curieux : des pommes fleuries. Description sommaire : des oranges sont piquées d’un bouquet composé d’un brin de buis (symbole de solidité et de durée), d’une inflorescence d’ibéris (symbole du voile de la mariée comme de la virginité) et d’une feuille de bibassier, autrement dit de néflier du Japon (symbole de fructification, de fertilité). On l’aura compris, ces oranges elles-mêmes fruits lourds, charnus, et leurs attributs de fête sont facilement interprétables comme rappels des enfantements, de la durée de la vie et des mariages ; cela venant de temps impossibles à dater, de temps où la survie et la prospérité des communautés villageoises reposaient sur le nombre des naissances.
Un joli défilé parcourut la route et le village. On apprécia un trio fifre-tambour-caisse claire excellent. Et on avança au pas des ânes : six magnifiques bêtes étaient descendues de la ferme du Bausson !
Dans la salle commune Marc Olivieri reçut les petits rois avec beaucoup d’humour et rappela pourquoi la pomme est en fait une orange : en latin "fruit" se disait "pomum". Il passa en revue les symboliques de la pomme, l’histoire de l’orange et celle de la fête. Des polycopiés furent distribués à l’assistance, ce qui est unique pour faire saisir le sens d’une fête.
Ensuite, place à la cérémonie ! Les couples se présentent devant une grande table et avancent à tour de rôle. L’homme offre la pomme fleurie à sa femme, le galant à sa belle, le promis à sa promise. On passe ensuite devant une corbeille emplie de nougats blancs et de noirs : que la vie soit douce comme l’amande, sucrée comme le miel ! Et ensuite, verre de mousseux. Un panier recueille les dons : une telle perpétuation de fête nécessite des encouragements.
Quand tous les couples sont passés, le chant du fifre cesse, Monsieur le Maire prend la parole puis invite à la partie préparée par sa municipalité : le partage des galettes de l’Epiphanie. La musique reprend.
Il est à noter que Peille propose une autre fête "endémique" : les Baguettes, fête beaucoup plus connue. Mais ce jour on inverse les rôles : la femme offre à son mari. A chacun d’en donner son interprétation !

Demanda e respouòsta

De demanda e de respouòsta

Lou nissart, que part en lou sourgentin ?

Noun es d’ancuèi que la questioun si pauva. Despì toujour sian estat tiraiat entre lu partisan dòu "esquasi tout nissart" e lu soustenaire dòu "pas mai de nissart que la demanda". Lu proumié cercon à faire dòu Sourgentin una revista "militanta" couma lou soun estadi li doui Ratapignata, pi la Ratapinhata. Lu segount afourtisson que li a pu gaire qu’una manada de letour carpable de liegì lou nissart e que cau pas fa escapà lu autre ; e la nouostra missioun noun serìa pu que "culturala", la lenga essent messa souta amursadou.

La respouosta que dounan es, à l’evidença, apoustada entre li doui brua. En mai d’acò es "moudulada". D’article en nissart soun revirat en frances. (Aven augut de letra diguent qu’era aquì una bouona manièra de fa de prougrès). D’autre soun basta en nissart. (De letour n’an dich lou plasì d’avé li crònica de l’Aigre Dous. D’autre an esprimat lou regret de noun avé pouorta duberta per li acapì.) D’autour en lenga nissarda si refudon à dounà una revirada, argant que seria un encourajamen à noun liegì lou nissart, aloura qu’embé un pichin esfouors, de letour pourion. D’autour en lenga francesa serion ben estounat de veire lu sieu testou revirat en nissart !

Ajougnen qu’en cada numerò li a una pàgina en gavouot e una autra en prouvençau.

Es aquì la nouostra respouosta. Qu nen dounerà la soulucioun-miracle ?

     

 

Des demandes et des réponses

Pour le nissart, quelle place dans Lou Sourgentin ?

Ce n’est pas d’aujourd’hui que la question se pose. Depuis les débuts nous avons été tiraillés entre les partisans du "presque tout nissart" et ceux qui soutiennent le "pas davantage de nissart que la demande l’exige". Les premiers tendent à faire du Sourgentin une revue "militante" comme l’ont été les deux Ratapignata, puis la Ratapinhata. Les seconds affirment qu’il n’existe plus qu’une poignée de lecteurs capables de lire le nissart et qu’il ne faut pas faire fuir les autres ; et notre mission ne serait plus que "culturelle", la langue étant mise sous l’éteignoir.

La réponse que nous donnons est, à l’évidence, située entre les deux extrêmes. Et, d’autre part, elle est "modulée". Des articles en nissart sont traduits en français. (Nous avons reçu des lettres de lecteurs nous signalant que c’est là un moyen de faire des progrès). D’autres sont en nissart sans traduction. (Des lecteurs nous ont dit le plaisir qu’ils éprouvent avec les chroniques de l’Aigre Dous. D’autres ont exprimé le regret de ne pas avoir de porte ouverte pour comprendre). Des auteurs en langue niçoise se refusent à donner une traduction, avançant que ce serait encourager à ne pas lire le nissart, alors qu’avec un minimum d’effort des lecteurs pourraient le faire. Des auteurs en langue française seraient bien étonnés de voir leurs textes traduits en nissart !

Ajoutons que dans chaque numéro figurent une page en pavot et une autre en provençal.

C’est là notre réponse. Qui nous donnera une solution-miracle ?

Bienvenue sur le site du Sourgentin

Lou Sourgentin

65 route de Turin

06300 Nice

Téléphone : 04 93 56 86 64

Courriel :

lou.sourgentin@wanadoo.fr

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association en cliquant sur l'onglet News.